Zoov : la startup qui veut imposer le vélo électrique en libre-service partout en France
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Zoov : la startup qui veut imposer le vélo électrique en libre-service partout en France
Robin Ecoeur |  13.03.2019
Zoov : la startup qui veut imposer le vélo électrique en libre-service partout en France

Les Parisiens de Zoov ont conçu un système pouvant accueillir 20 vélos sur une place de parking. De quoi convaincre toutes les communes de France.

Transformer une ville en supermarché. En 2017, Éric Carreel, Arnaud Le Rodallec et Amira Haberah lancent Zoov en partant d’un constat : le free floating (le fait de pouvoir laisser son vélo n’importe où) crée du désordre dans les villes. D’autant que ce service est bien moins adapté en banlieue ou dans des zones moins denses où il se révèle couteux et pénible à installer. Alors ils ont mis au point un système compact pour limiter la place prise par les bornes sur l’environnement urbain. Sur une seule place de parking, Zoov peut déployer jusqu’à 20 vélos.

« Notre solution fonctionne comme des chariots de supermarché : il y a une première borne que l’on vient visser dans le sol et qui sert de point d’ancrage pour accrocher un premier vélo. Ensuite, chaque deux-roues s’accroche au précédent et ce système permet de mettre quatre vélos au mètre », nous explique Arnaud, l’un des fondateurs.

 Zoov, ça groove. La startup a développé ses vélos en interne de À à Z (mécanique, électronique, logiciel, application, etc). Les premiers modèles ont environ 20 kilomètres d’autonomie et une alarme qui se déclenche si on essaie d’en voler un en bloquant la roue arrière.

Leurs vélos auront deux systèmes de batterie, dont une amovible que l’on pourra garder avec soi et recharger quand on veut. « Le futur de la mobilité doit aussi se faire en dehors de Londres, Paris et Berlin. Et la batterie personnelle peut être une solution, notamment hors des villes. »

 

 

20 villes en France en 2021. La startup teste son concept à Saclay (Île-de-France) près d’entreprises, d’écoles et de gares. Pour le moment, le but est de réaliser des tests dans d’autres villes en France, allant de 200 000 à 1 million d’habitants : « On aimerait bien se lancer dans 20 villes d’ici à la fin 2021 et par la suite, s’installer en Europe », confie Arnaud. Que les villes qui ont trouvé trop cher d’installer des bornes sur leur voirie et abandonné lèvent la main, on les mettra en contact.

vélo électrique Vélos partagés Zoov

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire