Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Ce yacht pyramide volant va faire des vagues

    En comparaison avec le délirant projet de Jonathan Schwinge, les Sea Bubbles ressembleraient presque à des bateaux pour enfants…

    Les yachts, c’est so 2015. Jusqu’à récemment c’était le fantasme des nouveaux riches : avoir un yacht. Ce rêve de nabab avec plusieurs 0 à la clé, sans parler des coûts liés à l’entretien, s’est peu à peu (et Dieu merci) transformé en cliché pour petits millionnaires. Non, en vrai, la tendance des dix prochaines années, c’est le concept de dingue imaginé par l’architecte et designer Jonathan Schwinge : un bateau aux allures de vaisseau intergalactique qui, littéralement, volerait au-dessus de l’eau.

    Nouvelle nouvelle vague. En découvrant les images de sa pyramide aquatique, on se doute bien qu’il a davantage regardé Star Wars et Star Trek que La croisière s’amuse. Depuis huit ans déjà, Jonathan Schwinge rêve de donner vie à cet engin au croisement entre la science-fiction et la franc-maçonnerie. Et on le comprend : ce tétraèdre (quatre faces triangulaires, six arêtes et quatre sommets) donnerait, dixit son inventeur, « la sensation d’être sur une île privée », mobile qui plus est. En gros : imaginez que vous vivez dans un appartement de haut standing, influencé par l’Égypte ancienne et capable de voguer su l’océan. À partir de là, cet engin du futur devrait tout naturellement devenir votre nouvelle obsession.

    Plus écolo qu’un yacht. À la question : « Combien ça coute ? » Difficile de répondre. Le Tetrahedron super-yacht est encore au stade de projet. Mais il est, selon Jonathan Schwinge, déjà techniquement viable ; il utiliserait des matériaux high-tech empruntés à l’industrie aéronautique ainsi que l’hydrofoil, très en vogue, qui permet de s’élever au-dessus de l’eau. Quant à la pollution engendrée par ce monstre marin, ce serait moins pire que ce qu’on pense : « La coque dont nous nous servons consomme 30% de moins de carburant qu’un yacht classique sur une distance identique, car son sillage est beaucoup plus fin », confiait en 2016 Jonathan Schwinge à Paris Match. Reste à trouver le modèle de financement pour ce triangle géant qui pourrait naviguer à une vitesse de 30 nœuds en vitesse maximum. We want to believe.


    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.