Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    2 minutes de lecture

    Voyager dans l’espace nuit gravement au cerveau

    Au cas où le trip vous tentait, des chercheurs ont envoyé des souris dans l’espace et le résultat est inquiétant

    La conquête spatiale est devenue un enjeu majeur du 21ème. On ne le présente pas aussi clairement mais il est devenu essentiel de trouver de nouvelles terres, de nouvelles ressources. Le président américain, Barack Obama, souhaite envoyer des astronautes d’ici 2030 en mission sur Mars. Or, sortir de notre Terre n’est pas sans conséquence. Une récente étude de l’Université de Californie à Irvine démontre que le cerveau des astronautes serait irrémédiablement endommagé par les rayons cosmiques. Pour faire simple, il existe une enveloppe protectrice autour de la Terre, notre chère atmosphère. Elle nous permet de nous protéger des rayons cosmiques qui sont de fines particules projetées à grande vitesse. Pour l’instant, nous en recevons à faible dose. Par les trous dans la couche d’ozone. Ou en altitude. Pour vous donner une idée, plus on monte en altitude et plus le nombre de ces particules augmente. Pour un trajet en avion par exemple compter en moyenne 0,030 mS (unité de mesure de la radioactivité), l’équivalent d’une radiographie dentaire. Jusque là, tout va bien. Les astronautes en mission sur mars pour deux ou trois ans pourraient en recevoir 1S s’ils ne sont pas protégés par un champ magnétique). Et si ce 1S ne nous dit rien de trop précis, il faut juste savoir qu’à ce stade, cela endommage le cerveau. Fâcheux.

    mars-1326108_960_720

    Pour en arriver à ces prévisions, les chercheurs ont fait de nombreux tests sur des souris exposées à des radiations. Six semaines plus tard, les souris rencontraient des problèmes majeurs d’apprentissage, de mémorisation et leur capacité à gérer l’anxiété était balayée. Car les rayons cosmiques détruisent petit à petit la transmission des signaux neurologiques, en gros des neurones disparaissent.

    Pour éviter de transformer nos brillants astronautes en mononeurone, ces chercheurs proposent d’aménager des espaces de repos pour les protéger des rayons cosmiques, et limiter les répercussions sur leur santé.

    Les astronautes du programme Apollo en ont fait les frais. Après leur séjour sur la Lune, ils ont eu de graves séquelles cardiaques et le nombre de décès a été multiplié par 5 par rapport aux autres astronautes qui ont effectué des missions au sol.

    Alors toujours partant pour voyager dans l’espace ?

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.