Vous en rêviez : en Provence, les TER ne seront plus gérés par la SNCF
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Vous en rêviez : en Provence, les TER ne seront plus gérés par la SNCF
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  08/09/2021 18:57
Vous en rêviez : en Provence, les TER ne seront plus gérés par la SNCF

La région Sud en avait assez des retards entre Marseille et Nice : elle change de rail en proposant à la concurrence de reprendre les commandes des trains.

Tout le monde descend. Mardi 7 septembre, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a fait savoir qu’elle comptait retirer la gestion de la ligne TER reliant Marseille, Toulon et Nice à la SNCF. Si ce choix est entériné par le conseil régional lors du vote prévu le 29 octobre (et il le sera presque assurément), ce sera Transdev, opérateur privé, qui devra faire circuler les TER de cette ligne représentant 10% des trains régionaux.

Presque 2 fois plus de trains. La région affirme dans un communiqué que ce changement « permettra d’améliorer très significativement l’offre pour les usagers, tout en assurant le prix juste » comme le précise le communiqué. En creux, cela signifierait donc que la SNCF était trop chère et son service, insuffisant.

En changeant d’opérateur, la ligne TER passera de 7 allers-retours par jour à 14, sans changer de prix pour l’utilisateur.

La région Sud avait lancé son appel d’offre en 2020 et Transdev semble donc l’avoir remporté, même si la SNCF continuera d’opérer les lignes Azur, trafic secondaire reliant par exemple Cannes à Grasse ou faisant la liaison avec Vintimille en Italie. Puisqu’elle aura plus de moyens pour les gérer, ces lignes devraient grimper de 69 allers-retours à 120 par jour. Un « win-win », si tout se passe bien.

Une perte historique. Aussi ancien que le découpage de la France en régions, l’administration de l’ensemble du transport ferré a toujours dépendu de SNCF Voyageurs. Cette « perte » du monopole est donc une grande première que la SNCF reconnaît comme telle et attendait. Elle a d’ailleurs souhaité bonne chance à Transdev. Consciente que ce retrait n’est pas le dernier (des appels d’offre sont en cours dans quatre autres régions dont l’Île-de-France), la SNCF précise que le contrat de délégation s’élève à 870 millions d’euros et que la concession durera 10 ans. Un montant que les contribuables devront assumer en espérant des résultats rapides.

Transports en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !