VoltAéro, un avion hybride qui va sauver la France (et la planète)
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
VoltAéro, un avion hybride qui va sauver la France (et la planète)
Hilaire Picault |  09/07/2020 10:55
VoltAéro, un avion hybride qui va sauver la France (et la planète)

-75% de CO2 et 90% de monoxyde d'azote évités, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et il est fabriqué en France. Rencontre avec son commandant de bord, Jean Botti.

Depuis 2017 VoltAéro développe au beau milieu de la Nouvelle-Aquitaine le Cassio, une gamme d’avions hybrides-électriques (4, 6 et 10 places). Sa forme est surprenante mais ses performances sont carrément impressionnantes : la puissance peut atteindre 600 kW et l’autonomie 1200 km. Assez pour rejoindre n’importe quel pays voisin depuis un aérodrome près de chez vous… Démonstration grandeur nature ce 23 juillet à Royan. Jean Botti, son CEO, nous a fait faire un tour de piste.

Le Cassio est un avion électrique ET thermique. Est-ce comparable aux voitures hybrides, combinant les deux avantages ?

Oui, on a une double motorisation et une double source d’énergie, ce qui offre plus de sécurité : on limite les risques de panne puisqu’on peut basculer à tout moment. On réduit toutes les nuisances : les atterrissage et les décollages sont entièrement réalisés sur le moteur électrique, on a donc peu de bruit. Ensuite, si je vole moins de 200 km je reste à l’électrique ; au-delà de 600 km je bascule en cyclage, c’est-à-dire un passage en thermique pour recharger la batterie ; entre les deux, je fais de « l’hybride léger » qui optimise la consommation thermique, car c’est l’électrique qui prend toutes les phases les plus énergivores.

L’ambition de VoltAéro est donc de remplacer les gros porteurs par des petits avions propres ?

On ne remplacera pas Airbus. Amener 150 personnes, c’est un tout autre monde ; cela causerait d’énormes problèmes de connectique, de poids, de batterie… Donc, le plus plausible et gagnant pour tout le monde, est un 10 places sur ce qu’on appelle de l’aviation « régionale » : Londres, Marseille, Berlin… On peut couvrir 1200 km. Uber Elevate ont un logiciel et une marque. Nous avons l’appareil et, avec notre partenaire EDEIS, avons déjà 20 aéroports en France parés pour accueillir notre flotte.

Le gouvernement dit vouloir des avions non polluants d’ici 2035. L’hybride est-il la clé pour décarboner l’aviation ?

Le gouvernement veut abandonner les lignes aériennes de moins de 2 heures. Je réponds : on a une aviation qui peut desservir des liaisons « point à point ». Ce qu’il faut, c’est changer de modèle ! Pas besoin de nouvelles couvertures ferroviaires : on a une super infrastructure chez nous avec énormément de petits aérodromes en France.

C’est suffisant pour sauver le climat ?

Prenons le Syrus SR20, un concurrent chinois 4 places : il consomme 214 tonnes de CO2/an, pour 300 heures de vol. En électrique, le Cassio économiserait 214 tonnes sur le même plan de vol ! On vise à terme de remplacer une flotte existante de 3200 avions, ce qui économiserait 700 millions de tonnes par an.

D’où vient ce projet de lancer une flotte d’avions hybrides ?

J’ai travaillé dix ans à développer des voitures à hydrogène. Mon associé avait fait une traversée de la manche en 2015 en e-Fan, l’avion électrique à 60 kW lancé par Airbus Innovations pour entraîner les pilotes, abandonné depuis 2017. Le Cassio est la suite de ça… Sauf qu’on a 10 fois plus de puissance !

Où en êtes-vous aujourd’hui ? Quand peut-on espérer décoller à bord d’un Cassio ?

On a réalisé un avion de démonstration (Cassio1), déjà prêt. Il fera son premier vol officiel le 23 juillet à Royan. On a testé la chaîne cinématique du 4 places, du 6 places et à Royan nous testons la configuration 10 places en format démonstrateur. La version définitive sera plus belle, son aérodynamique permettra d’atteindre les performances qu’on vise : actuellement il y a trois hélices, on en aura une seule à la fin, donc moins de vibration. Nous gagnerons encore en économies d’énergies et nous pourrons atteindre 360 km/h, ce qui n’est pas possible avec le design actuel. Après cela, nous ferons un tour de France de l’aviation verte, pour le présenter, fin août. Bref, nous sommes prêts et espérons livrer les premiers en 2022. À l’échéance 2025, nous serons capables de produire 150 avions par an, en France, en Nouvelle-Aquitaine.

Webcast du premier vol le 23/07 à suivre sur voltaero.aero et Instagram :

Aviation Avion hybride Mobilité électrique

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !