Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Au fait, les voitures parlantes, c’est pour quand ?

    C’était le mythe des années 1980 aux côtés de la voiture volante de Marty McFly. On en a fait de la route en 35 ans, mais la voiture intelligente qui répond à la voix de son maître n’est toujours pas arrivée.

    Ne pas parler au conducteur. L’assistant vocal, on connaît : « OK Google, lance moi Siri ! » Après avoir envahi les mobiles et les maisons, il serait temps de passer aux voitures communicantes. Signe que tout le monde l’attend, Google a présenté une version d’Android Auto, son système d’exploitation pour les quatre roues, qui repose sur la voix. Pourtant, ce sont ses concurrents, Alexa et Cortana (voix d’Amazon et Microsoft) qui remportent le plus de sympathie auprès des constructeurs auto. Problème identifié : malgré la reconnaissance vocale, il faut encore trop souvent prononcer une combinaison de mots précise pour obtenir ce qu’on veut et naviguer dans des tas de menus.

    Tous à la Belgemobile. Pour éviter de penser comme un programmeur en conduisant, la parade se trouve peut-être en Belgique où un jeune ingénieur a développé un système de question-réponse ouvrant le dialogue avec votre caisse.

    Tout commence quand Benjamin Coenen découvre, un lundi matin, que sa voiture a passé le weekend à la fourrière : « Si j’avais eu un système pour me prévenir quand elle bouge alors qu’elle n’est pas allumée, cela aurait pu être plus intéressant que de le découvrir le lundi matin… », raconte-t-il au Soir. Exploitant un boitier connecté inventé par la startup lilloise Xee, il a conçu Talk-to-my-car, une interface de conversation qui utilise tout bêtement le Messenger de Facebook. À l’écrit ou à l’oral, on peut donc demander tout ce qu’on veut, à distance : la voiture est capable de dire où elle est, si elle est verrouillée, quelles sont ses constantes (appareils électriques allumés, jauge de carburant…), le tout en temps réel.

    Mieux, elle fait preuve d’intelligence : elle peut procéder à quelques calculs de distance et en déduire s’il faut faire un plein ou un contrôle technique. Évidemment, tout le monde est intéressé. À ceci près que cela suppose d’avoir son mobile et, en voiture, comment dire… Il faudra donc envisager d’intégrer ce service aux véhicules eux-mêmes.

    Et à votre droite on aperçoit les chutes du Niagara. Pendant ce temps-là, au Canada, la startup iNAGO développe des logiciels qui permettent d’avoir une conversation quasi normale avec votre K2000 personnel. Sa méthode : un algorithme qui compulse des sites et services du net (Yelp, CityGrid…) pour suggérer des réponses à vos besoins et intègre du machine learning pour apprendre vos habitudes.

    Selon une étude d’IHS Market, 9 voitures sur 10 produites en 2022 incluront un service de reconnaissance vocale.

    À court terme, cela devrait enlever les manuels techniques de la boite à gants, voire remplacer les hotlines des loueurs en identifiant un problème technique à votre place. Dans un second temps, iNAGO proposera une date de rendez-vous chez le garagiste le plus proche…

    Alors, c’est pour quand ? Super donc, sauf que cela suppose d’avoir une puissance de calcul suffisante pour gérer tout cela. Une voiture aujourd’hui n’est plus seulement une flopée d’options sur moteur, et au-delà des vitres, climatisations et toit ouvrant, ce qu’on attend de l’intelligence artificielle c’est d’être reliée à d’autres services : agenda, carnet d’adresse, info trafic, météo… Et cela n’inclut même pas de conduite dirigée par la voix. Déçu ?

    Les différents constructeurs européens estiment qu’il va encore falloir plusieurs années pour permettre ce type d’assistant vocal, et des super connexions. Tant mieux, la 5G arrive pour le tournant de la décennie alors, en visant 2022, l’étude d’IHS pourrait bien avoir tapé dans le vrai.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.