" layout="nodisplay"> Victimes du sexisme en voiture, ces femmes du Malawi prennent leur revanche en louant des... motos-taxis
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / Victimes du sexisme en voiture, ces femmes du Malawi prennent leur revanche en louant des… motos-taxis
Victimes du sexisme en voiture, ces femmes du Malawi prennent leur revanche en louant des… motos-taxis
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  26/10/2022 11:45
Victimes du sexisme en voiture, ces femmes du Malawi prennent leur revanche en louant des... motos-taxis

L’Afrique n’est pas tendre avec le sexisme. Mais cela n’a pas arrêté ces courageuses entrepreneuses. Désormais si les taxis roulent, c’est sur leurs motos à elles.

Victimes de la route. La république du Malawi est un pays du sud-est de l’Afrique cinq fois plus petit que la France, mais bien plus dense et trop pauvre pour développer de bonnes infrastructures de transport. Il en résulte des bouchons fréquents sur les rares routes du pays et dans les grandes villes. Ce pourquoi, les Malawiens optent fréquemment pour des motos-taxis, que ce soit pour faire des courses, aller à l’hôpital ou emmener les enfants à l’école.

Un secteur sur lequel les femmes ont tenté de se positionner mais avec difficulté compte tenu du sexisme tenace du pays où un tiers des moins de 50 ans a déjà subi des violences sexuelles. Une chauffeuse-taxi rapporte au site de l’ONU Africa Ranewal que « les clients insultaient les femmes conductrices sur l’autoroute et les clients masculins refusaient de payer ». Alors elles ont jeté l’éponge et pris leur revanche autrement.

Empowerment. Dans la ville de Lunzu (17 000 habitants) une quarantaine de Malawiennes ont lancé en 2017 le Lunzu Women’s Motorcycle Fund Club. Elles ont mis leur argent en commun et acheté des motos. Les conducteurs de taxi autorisés les louent les jours où ils travaillent (de 6h à 18h30). Plutôt qu’une location fixe, les entrepreneuses encaissent une part du chiffre d’affaire réalisé avec leur motos : « nous empochons 65 % des recettes du jour », explique l’une d’elle. En outre, une cotisation mensuelle de 10 dollars assure contre les accidents.

Le mouvement a pris de l’ampleur au Malawi : une dizaine de clubs d’environ 40 entrepreneuses ont éclos en suivant cet exemple. Les syndicats sont biens vus par les banques qui estiment que les Malawiennes « sont plus fiables pour le remboursement des prêts » que leurs équivalents masculins. Les collectivités soutiennent l’action en distribuant des aides à l’achat de motos. De leur côté, les entrepreneuses malawiennes réclament une baisse des frais de la licence pour les propriétaires affiliées à leurs syndicats afin de développer ce commerce.

Si cette entreprise rétablit un peu de parité dans un pays qui en manque lourdement, il reste un sacré pas à franchir pour que les femmes puissent à l’avenir utiliser et conduire ces transports en toute légalité et sécurité ; une condition indispensable pour accéder à l’éducation, l’emploi, et sortir de la pauvreté.

Crédit photo : Rod Waddington / FlickR

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !