Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Qui veut imprimer en 3D son propre sous-marin ?

    Un laboratoire américain a réalisé pour la marine un sous-marin entièrement imprimé en 3D. L’U.S. Navy compte s’en servir pour déplacer rapidement des marins entre ses navires. Mais puisque c’est possible, pourquoi ne pas s’en imprimer un aussi ?

    Long d’un peu plus de 9 mètres pour un diamètre d’1,37 mètres environ, c’est le plus grand véhicule imprimé de l’arsenal américain à ce jour. Tranquille, ce submersible ne possède aucune arme ; il peut par contre emmener jusqu’à 6 marins rejoindre un autre appareil, en fond ou à flot. Seule condition – un peu surprenante – les troupes devront être en combinaison ou au moins masquées avec tuba puisque ce premier prototype se remplit d’eau lors de l’immersion. Une limite qui pourrait être balayée avec la prochaine version, en cours de recherche.

    Ce premier prototype est donc actuellement testé et, le second allant à bonne allure, les chercheurs estiment que ces sous-marins pourraient rejoindre la Navy en opération dès 2019.

    Faites l’argent, pas la guerre. Le laboratoire national d’Oak Ridge qui a réussi cette petite performance, n’est pas une jeune recrue pour l’armée. C’est déjà chez eux qu’ont été développé le premier accélérateur de particules « Cyclotron » et le « Projet Manhattan » qui donna naissance à la bombe atomique. Relax : plus inoffensif, le premier sous-marin imprimé en 3D a été présenté en mars dernier au Pentagone et à sa façon il gagne toutes ses batailles : conçu et monté en quatre semaines en tout (contre cinq mois pour un submersible standard), il est donc rapide à réparer et n’a nécessité que deux journées d’impression à base de fibres de carbone. Avantage, il est réalisable dans n’importe quelle zone de conflit où il serait trop long (ou dangereux) de faire venir un tel engin.

    Moins de matière et de main-d’œuvre, on parle ici d’une économie de 90% réalisée, se comptant en centaines de milliers d’euros ! Et tout ce qui limite le budget des armées est bénéfique non ?

    4 mois de travail en moins et 500 000 dollars économisés grâce à l’impression 3D !

    We all live in a (yellow) submarine. Au-delà de l’U.S. Navy, et si on bénéficiait de cette innovation aussi ? Après tout, nos fidèles lecteurs le savent, il existe désormais des sous-marins personnels et, puisque grâce aux ingénieurs d’Oak Ridge des plans existent, il y a fort à parier qu’une version open source des pièces à imprimer jaillissent prochainement. Comprenez : en croisant les deux innovations, on devrait obtenir un tuto pour concevoir votre sous-marin dans le premier fablab venu. Cela tombe bien, car dans les années à venir, on va devoir rejoindre facilement nos fermes aquatiques, aller à l’hôtel immergé et visiter un musée englouti… Immersion !

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.