Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    La piste cyclable de demain, c’est ce velo-tunnel aérien

    Ne plus craindre ni la pluie, ni les voitures, ni les pots d’échappement… Un architecte italien invente la route dont rêvent tous les cyclistes.

    On connaissait l’Hyperloop, pour les trajets de masse ultra-rapides. Il y aura désormais aussi le « Miniloop » pour les trajets individuels de proximité. Vous y voyez un pipeline pour enfermer les vélo ? Pourtant cette création de l’architecte Richard Moreta ne manque pas d’ambition : elle compte devenir le transport urbain n°1 dans les villes de demain.

    Rouler plus vite et mieux protégés. D’abord parce qu’en les isolant physiquement du trafic, les vélos seraient plus en sécurité et éviteraient le plus gros de la pollution atmosphérique. Dégagés des routes, les deux-roues auraient plus de place dans leurs couloirs, donc un meilleur confort de conduite. Comme ils sont aussi protégés des intempéries par le toit – et des baies vitrées si le climat le nécessite – ce confort se retranscrit par une vitesse plus stable.

    Est-ce suffisant pour nous faire choisir le vélo ? Sans doute car les accidents sont la plus grande appréhension des cyclistes et le premier frein pour ceux qui repoussent le trajet en deux-roues. Moreta envisage de leur tendre le guidon avec plusieurs aménagements.

    D’abord la préconisation d’installer des parkings à différents points du parcours ainsi que des stations de location de vélo afin de facilement s’insérer dans ce circuit. Également, la séparation en deux files, l’une réservée aux vélos électriques. Si cela ne vous convainquait pas, arrive enfin l’argument massue de l’époque : c’est plus sain pour la planète. Et à plus d’un titre si l’on en croit le maestro architetto.

    La route fleurie. Pas besoin de vous rappeler qu’avec un deux-roues, on limite le trafic donc les bouchons et leurs émissions. Par contre en surélevant les routes, on récupère de la place sur la chaussée pour planter des arbres – qui ajouteront un décor bucolique pour les cyclistes roulant au milieu de sa canopée. Ces pousses et une végétation installées sur le pourtour des vélo-tunnels vont absorber le CO2.

    Certes, on pourra aussi accrocher de la pub sur les parois mais surtout des panneaux solaires et mini-éoliennes qui serviront à alimenter les escalators d’accès pour les piétons et lumières ainsi que les bornes de recharge. Richard Moreta espère même générer assez d’électricité pour que ses Miniloops alimentent les villes qui les accueillent. Faites comme vous voulez, nous on s’est mis sur la béquille en attendant qu’un fabricant de cycles ou un site loueur de vélos rachète son projet.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.