Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Et si les véhicules électriques pouvaient réduire nos factures d’électricité ?

    Des chercheurs californiens l’affirment : les transports électriques vont accélérer la transition énergétique durable et nous permettre de gagner de l’argent en laissant nos voitures électriques au parking. Jackpot !

    1 voiture = 1 batterie verte. Des chercheurs de la prestigieuse université de Berkeley ont signé, le mois dernier, une étude réjouissante pour l’avenir. Selon eux, en augmentant le nombre de véhicules électriques et de bornes pour les recharger, on pourrait profiter plus rapidement d’énergies renouvelables et les intégrer plus facilement dans nos réseaux électriques actuels. À gagner : une électricité propre et moins onéreuse.

    Par quel tour de magie ? Simplement en considérant les voitures comme des piles. Des batteries sur roues, qui profitent à un moment des réseaux énergétiques, mais qui y contribuent aussi. En organisant leur temps de recharge à des lieux et des heures précises, elles pourraient réduire le coût des investissements pour l’intégration des réseaux d’énergies renouvelables. On bénéficierait donc tous d’une électricité moins chère et provenant uniquement de sources renouvelables.

    Consommer au bon moment ne nécessite pas de centrales supplémentaires. Pour bien comprendre cette heureuse équation, il faut se rappeler que les énergies renouvelables sont fluctuantes et dépendantes de conditions extérieures : vent, ensoleillement, marées… En évitant d’avoir à fabriquer des méga-batteries pour stocker la production d’un parc éolien ou d’une ferme solaire, on s’épargne des coûts gigantesques. À la place, on fait fonctionner à plein régime toutes ces centrales vertes afin que nos véhicules consomment de l’électricité aux heures creuses où justement la production est la plus forte et la moins chère.

    Selon les auteurs de l’étude, deux conditions sont nécessaires pour y arriver : développer le réseau de stations et inciter l’installation de bornes de recharge privées sur les parkings d’entreprises, les institutions publiques et les centres commerciaux plutôt qu’à domicile, comme le pratiquent déjà certaines chaînes.

    Résumé : les voitures consomment une électricité propre au moment où elle est la moins chère, servent de stockage pour la communauté et évitent de lourds coûts d’infrastructures sur le réseau public. Le tout avec un trafic zéro émission.

    Qui veut gagner des milliards ? Les chercheurs ont réalisé des projections en se basant sur le parc et le trafic californiens pour estimer les conséquences d’un accroissement de véhicules électriques en tentant de calculer à quel moment la demande de ces véhicules permettait d’équilibrer l’offre d’énergie verte. L’étude estime que les économies réalisées se chiffrent en milliards et pourraient servir de base de financement pour accélérer les constructions de points de recharge.

    Plus dingue encore, comme les véhicules stockent l’énergie dans leur batterie, ils pourraient même être mis à profit à la maison, à condition de développer un mode de branchement unilatéral, qui consomme l’électricité plutôt que de remplir l’accu. Bref, un jour viendra où, dans votre garage, le lave-linge pourrait bien être branché sur la voiture qui aura été chargée pendant que vous faisiez les courses… On risque alors de venir toquer chez vous, un smartphone à la main, pour vous demander : « Le plein s’il vous plaît. »

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.