Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Urgent : l’Association Internationale des Exorcistes recrute en CDI

    Les « activités démoniaques » sont en hausse, selon un prêtre irlandais. Ni une, ni deux, l’International Association of Exorcists a lancé une campagne de recrutement et, bonne nouvelle : la France regorge de potentiels candidats.

    Sonner le tocsin. Voilà plusieurs années que le téléphone du Père Pat Collins ne cesse de sonner, avec au bout du fil des croyants désespérés qui font appel à ses services pour ôter le démon possédant un de leurs proches. Placebo ou pas, l’exorciste le plus éminent d’Irlande est débordé. Ainsi, dans une lettre ouverte à destination du clergé, il fait part de sa recherche urgente d’exorcistes. Remonté, le prêtre accusait même l’Église d’être « déconnectée de la réalité » dans l’Irish Catholic, car elle ne fait, selon lui, pas suffisamment d’efforts pour recruter des effectifs.

    Il ne s’agit pas du constat d’un seul homme. L’International Association of Exorcists (IAE) compte 400 membres, tous prêtres ou dirigeants catholiques. En 2014 déjà, elle constatait une hausse spectaculaire de l’activité démoniaque, parlant même d’ « urgence pastorale ». Et si l’Église n’agit pas, cela fait les affaires du secteur privé.

    Exorciste, un job à 155 euros de l’heure

    La France, terre bénie des exorcistes. Le Père Collins pourrait trouver son salut dans l’hexagone. Non pas que les Français soient plus pieux – bien au contraire, le nombre de séminaristes a baissé d’un tiers depuis 2000. Toutefois, l’exorcisme est un juteux business. Ce n’est pas Philippe Moscato qui dira le contraire : cet exorciste, suivi par The Economist le temps d’un reportage, propose de chasser les mauvais esprits d’un immeuble pour 155 euros de l’heure – et gagnerait selon ses dires près de 12 000 euros par mois. Et il n’est pas le seul acteur dans ce secteur florissant.

    Uberisation de notre salut. Le web français regorge d’opérateurs privés – exorcistes, médiums, chamans et guérisseurs en tous genres proposant des services similaires. C’est alors un fait : l’activité spirituelle est une spécialité française. Alessandra Nucci, l’écrivaine sur les questions catholiques qui a notamment assisté à des cours dirigés par l’IAE, rejoint les dires du Père Collins quand elle constate que ces travailleurs indépendants comblent un vide laissé par l’Église, qui a « trop longtemps négligé les exorcismes, malgré une forte demande du public ».

    Si l’exorcisme reste une activité de niche, la demande est considérable. Reste désormais à voir si l’Église réussira à renflouer ses effectifs, ou si l’exorcisme va tomber dans le domaine privé, et assurément payant.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.