Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Uber voudrait fliquer les clients potentiellement saouls

    Et pour ça, le leader des VTC développerait une arme anti-vomi pour les banquettes en cuir de ses chauffeurs : une intelligence artificielle.

    Dis-moi comment tu tapes, je te dirai si tu as bu. Pas une semaine ne se passe sans que l’entreprise cofondée par Travis Kalanick ne fasse parler d’elle. Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire, parfois un peu des deux. C’est le cas cette fois-ci, puisque CNN vient de révéler qu’Uber aurait déposé un brevet d’intelligence artificielle qui permettrait à la marque de repérer, en amont des commandes, si les clients ont bu le verre de trop (vous savez : celui qui peut ruiner le tapis de la berline) à partir du lieu de prise en charge, du nombre de fautes de frappe sur le clavier ou encore heure de la commande.

    Dit autrement : si vous vous situez dans le quartier des bars, qu’il est trois heures du matin et que vous venez de textoter « Jvzis prender un Taxsi pour rentré », il y aurait alors de grandes chances pour qu’Uber transmette l’info à ses chauffeurs. Et que ceux-ci décident, en leur âme et conscience, de vous ouvrir la porte (ou pas).

    Boire ou conduire (ou prendre un Uber)... L’info, pas encore confirmée par Uber, survient alors que l’utilisation des datas des usagers fait polémique un peu partout. Une société a-t-elle le droit d’exploiter nos données personnelles, et ainsi de sanctionner nos modes de vie ? Faut-il en déduire que les prises en charge se feront désormais « à la gueule du client » avec d’un côté les bons (ceux qui n’ont pas bu le vendredi soir), et de l’autre les mauvais, ceux qui voulaient justement prendre un Taxi pour éviter d’avoir à prendre le volant ? Et que se passera-t-il si, à l’inverse, des chauffeurs mal intentionnés profitaient de ces infos pour abuser des clients éméchés, plus vulnérables ? Autant de questions que l’arrivée potentielle de cette intelligence artificielle, moucharde, amène à se poser.

    Relativisons. L’entreprise américaine n’a pour l’heure pas encore réagi à cette annonce. Il serait dans un premier temps question de désactiver pour les clients saouls l’option Uber Pool, afin que ceux-ci ne gâchent pas les covoiturages. Enfin, cette « innovation » pourrait aussi bien être une réponse à l’agression des chauffeurs Uber, souvent victimes de débordements de la part de passagers un peu trop chauds, comme ce fut le cas en novembre 2015 en Californie (voir la vidéo ci-dessus). Longtemps accusé de maltraiter ses « employés », Uber pourrait alors riposter avec un éthylotest comportemental. En attendant, libre à chacun de se faire son avis, mais la prochaine fois que vous commanderez un Uber, faites quand même gaffe à ne pas faire trop de fautes sur le clavier…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.