Uber part en guerre contre le racisme et l'homophobie avec un bouton « anti-discrimination »
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Uber part en guerre contre le racisme et l’homophobie avec un bouton « anti-discrimination »
Robin Ecoeur |  15.11.2019
Uber part en guerre contre le racisme et l'homophobie avec un bouton « anti-discrimination »

La plateforme de VTC a annoncé le 14 novembre deux nouvelles fonctionnalités visant à réduire les inégalités et à mieux protéger les passagers et passagères comme les chauffeurs. Une lutte renforcée contre les violences basées sur le genre est également mise en place.

Signalement. Suite à de nombreuses plaintes de clients et clientes concernant des faits divers (agressions, discriminations, violences, etc.), Uber prend des mesures concrètes. La première est un bouton « anti-discrimination » : à la fin d’une course, un client ou un chauffeur pourra signaler, via l’application, une agression (insultes, violences physiques, etc.) en lien avec son orientation sexuelle, son identité de genre, son origine, sa religion ou encore son handicap.

Dans l’onglet « Vos courses », les usagers et les chauffeurs auront désormais la possibilité de sélectionner : « J’ai été victime de discrimination » aux côtés de « J’ai eu un accident », « J’ai perdu quelque chose » ou « J’ai été facturé plusieurs fois ». En fonction de la gravité de l’incident, l’auteur présumé pourra éventuellement être banni de l’application.

Message d’alerte. Uber a aussi annoncé l’arrivée de RideCheck, une fonctionnalité qui, selon un communiqué de presse, « permet à Uber de détecter d’éventuels incidents en se basant sur le temps d’arrêt du véhicule ». Concrètement, la plateforme envoie un message en simultané au passager et au chauffeur si leurs données GPS indiquent qu’il y a un accident. S’il y a en effet un souci, l’application peut ainsi mettre l’utilisateur en relation avec le Centre de sécurité d’Uber.

L’entreprise de San Francisco en a profité pour nouer un partenariat, en France, avec SOS Racisme via son programme de lutte contre les violences basées sur le genre (Driving Change) : « Uber veut contribuer à la lutte contre la discrimination liée au genre et à l’orientation sexuelle en soutenant les programmes de prévention de SOS homophobie et en sensibilisant ses utilisateurs, passagers et chauffeurs, au bien vivre ensemble, notamment lors d’une course », peut-on lire dans le même communiqué. Ces mesures peuvent être vues comme dissuasives. Et elles devraient rassurer un bon nombre de personnes.

discrimination uber

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire