Uber dit non au diesel et annonce 50% de VTC électriques d'ici 2025
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Uber dit non au diesel et annonce 50% de VTC électriques d’ici 2025
Robin Ecoeur |  08/09/2020 17:16
Uber dit non au diesel et annonce 50% de VTC électriques d'ici 2025

La firme américaine, qui ne veut plus de voitures diesel sur sa plateforme dès 2024, compte épauler financièrement les chauffeurs dans l'acquisition d'une voiture « zéro émission ».

Grosse annonce chez le leader du VTC mondial : ce mardi 8 septembre, Uber a dévoilé son plan de transition vers « la révolution électrique ». Dans un document détaillé, l’entreprise américaine fait part de ses engagements pour moins polluer, mais aussi pour aider ses chauffeurs à remplacer leur diesel par une voiture à émission zéro, électrique ou à hydrogène. 

Sortie du diesel. Uber, qui veut devenir zéro émission en 2040, va commencer dès 2021 à interdire l’enregistrement de nouvelles voitures diesel sur sa plateforme. En 2022, ce sont tous les véhicules concernés qui seront interdits d’enregistrement, puis en 2024 ils ne pourront carrément plus rouler. « En parallèle de cette sortie du diesel, nous visons 50% de véhicules électriques disponibles sur l’application Uber d’ici 2025 », écrit la firme dans un communiqué. Pour y arriver, Uber compte engager 800 millions de dollars « pour aider des centaines de milliers de chauffeurs aux États-Unis, au Canada et en Europe à adopter des véhicules électriques ».

Un accès aux bornes. La firme compte également mettre en place un plan de financement à partir du 1er janvier 2021. Il consistera en une augmentation du prix des courses de 0,03 euro par kilomètre. Cette somme sera ensuite reversée entièrement aux chauffeurs pour acquérir, avant 2025, un véhicule moins polluant. Les conducteurs pourront aussi bénéficier et cumuler des aides du gouvernement et des régions. Uber a pensé à tout. Même à la recharge. L’entreprise s’associe avec Izivia (EDF) pour proposer des tarifs préférentiels aux chauffeurs. Les pass donnent accès à plus de 60 000 bornes en France et en Europe. Un autre partenariat a été noué avec la société spécialisée Power Dot, qui installe des bornes dans les parkings. En Île-de-France, quatre points de recharge rapide seront dédiés aux chauffeurs VTC qui utilisent l’application.

Cette année, Uber a déjà imposé aux usagers londoniens des frais supplémentaires s’ils choisissent une essence ou un diesel. Une somme de 17 centimes d’euro par mile (1,6 km) reversée aux chauffeurs pour qu’ils puissent, in fine, acquérir un véhicule « propre ». Les engagements sont pris. Reste à voir s’ils seront tenus. 

Plus d’infos par ici. 

Mobilité électrique Mobilité urbaine uber

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !