Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Twictée, la dictée en 140 signes

    Elle réconcilie les élèves avec l’orthographe

    Et voilà, les vacances sont finies. Pour les enfants, c’est la rentrée. Dans leurs classes, ils feront sûrement face aux traditionnels exercices de calcul mental et autres dictées. Mais certains d’entre eux vont aussi expérimenter … la twictée. Une dictée 2.0 ? Pour résumer, le professeur des écoles dicte une phrase qui ne compte que 140 signes, la norme sur Twitter, puis les enfants, répartis en petit groupe, débattent de l’orthographe de l’ensemble de la phrase. Ils envoient ensuite leur production via message privé à une autre classe, parfois à l’autre bout du monde. Et cette classe miroir se charge d’envoyer un tweet avec des corrections. Ce dispositif ne cesse de s’étendre en France, et même à l’étranger : 400 classes réparties sur 4 continents ont déjà participé. Explications avec Fabien Hobart, l’inventeur de la twictée.Fabien Hobart, l’inventeur de la twictée.

    Comment est née la twictée ?

    L’aventure a commencé à l’automne 2013. À cette époque, je passais une certification de formateur pour l’Education nationale. On m’a demandé de produire un mémoire professionnel sur un dispositif. Je faisais beaucoup de veille pédagogique sur Twitter et j’ai vu émerger les tweetclasses, des classes qui intégraient Twitter dans les dispositifs pédagogiques. Pourtant, au niveau de l’orthographe, rien n’était fait. C’est de là qu’est née l’idée.

    Qu’est ce que cela apporte aux enfants par rapport à une dictée traditionnelle ?

    Avec Régis Forgione, un enseignant de Moselle qui travaille sur ce dispositif , nous avons repris une pratique répandue dans l’élémentaire : la dictée négociée.la dictée négociée. Dans cet exercice, les élèves discutent ensemble et décident de garder la bonne orthographe. Le problème, c’est que ce sont toujours les bons élèves qui prennent la parole. Cela ne profite pas à ceux qui en ont vraiment besoin. Or, aujourd’hui, il faut engager intellectuellement les élèves. Avec Twitter, on va forcer les enfants à fournir une justification écrite à leur choix. Quand ils reçoivent la twictée d’une autre classe, ils doivent corriger la phrase avec des balises, les hashtags de Twitter. Voilà des exemples de balises : #accordGN #étymo.

    Est-ce que vous avez pensé à de nouveaux dispositifs sur d’autres réseaux sociaux comme Snapchat ou Instagram ?

    Non, ce qui nous intéresse avant tout, c’est la contrainte des 140 caractères. Mais comme le dispositif est open source, il peut être hacké. On encourage d’ailleurs les praticiens à le détourner. Des collègues ont déjà utilisé Vine pour faire des twoutils en vidéo en tweetant les Vine. Des dispositifs arriveront peut-être sur d’autres réseaux sociaux, mais pour l’instant on se concentre sur la twictée.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.