Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Trotlux, la trottinette électrique « made in Normandie »

    Frédérick Tran a tout plaqué du jour au lendemain pour fabriquer des trottinettes électriques françaises qu’il adapte en fonction des besoins de chacun.

    Trottinette pour ne pas prendre une gamelle. « J’avais un magasin de cuisine dans le centre-ville de Honfleur et je mettais parfois plus de 20 minutes pour faire 500 mètres en voiture. J’ai donc opté pour la trottinette, que je modifiais dans mon garage, nous raconte Frédérick par téléphone. Le 31 juillet, j’ai garé ma trottinette devant mon magasin et, à défaut de vendre des poêles, j’ai vendu ma trottinette. Dans la journée, j’ai aussi vendu celle de ma femme et de mes enfants. » Dans la nuit, le gérant change le nom de son magasin. Gastrolux devient Trotlux.

    Produits locaux. Avec ses engins, à mi-chemin entre le scooter et la trottinette de ville, le Normand a plusieurs ambitions. La première, offrir un véhicule de qualité 100% française : « Les batteries sont faites à Saint-Valéry en Caux (76), les sièges sont réalisés à quatre kilomètres de Honfleur par une couturière, les peintures viennent d’à côté de Caen et les cadres sont traités pour éviter qu’ils ne rouillent », explique l’ancien architecte designer. L’autre but, c’est de redonner de la mobilité aux personnes qui avaient des problèmes pour se déplacer. Et là, surprise sur la clientèle :

    « La moyenne d’âge de ma clientèle est entre 50 et 70 ans. Ce sont des personnes qui ne se seraient pas déplacées avec une trottinette lambda. »

    « Mon client le plus âgé a 92 ans et, la semaine dernière, j’ai vendu une trottinette à une femme de 78 ans. » Frédérick adapte ses engins en fonction de la personne, de sa taille, de ses éventuels handicaps (personnes de petites tailles ou handicapées physiquement par exemple) ou de ses envies. Une anecdote : « En 2017, une septuagénaire vient tester une trottinette devant mon magasin. Elle fait un tour, ça dure 30 secondes et me dit : ‘‘ J’achète ! ’’ Cette dame ne sortait plus depuis la mort de son mari. Son seul bonheur était le passage du facteur. Là, on lui a donné un moyen de déplacement. »

    10 000 km pour 40 euros. Le premier prix pour une trottinette Trotlux est de 2550 euros. La startup a donc plusieurs modèles et deux types de batteries, une qui possède une autonomie entre 20 et 25 kilomètres et une autre qui peut rouler sur 45 kilomètres. Mais pour Frédérick, l’intérêt est ailleurs. « C’est le coût : avec la batterie 12 Ah, les 100 kilomètres reviennent à 0,38 centimes d’euros. On peut faire 10 000 kilomètres pour moins de 40 euros. On est imbattable. »

    Les modèles Trotlux sont disponibles dans plusieurs villes comme Paris ou encore Le Havre et la société espère proposer ses modèles dans d’autres villes comme Marseille, Bordeaux ou Thonon-les-Bains. « Je veux que Trotlux devienne le nom de la trottinette », conclut Frédérick. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.