Trois passagers sur dix ne veulent pas déconnecter en avion
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Trois passagers sur dix ne veulent pas déconnecter en avion
Hilaire Picault |  16.08.2018
Trois passagers sur dix ne veulent pas déconnecter en avion

Une enquête du site de réservation Expedia recense les usages du net des Français en vacance. Il en ressort que rares sont ceux qui acceptent de se passer de leur mobile, et encore moins en vol.

Tu ne devineras jamais d’où je t’appelle. C’est le cabinet Next Content qui a conduit l’enquête auprès d’un millier de passagers Français. On y lit sans trop de surprise que les voyageurs utilisent beaucoup Facebook et Instagram durant leurs congés, que la moitié d’entre eux emmène son ordinateur portable dans ses bagages, et qu’ils passent une à deux heures par jour en ligne –généralement pour trouver quoi faire et où aller. Plus surprenant par contre, on découvre que l’une de leur priorité serait de conserver la connexion à bord.

Ne coupez pas. Le premier vœux consiste bien à avoir plus de confort, notamment de la place pour les jambes, immédiatement suivi par une restauration de meilleure qualité, ou plus de choix. Mais l’étude montre qu’ensuite, plus d’un tiers des voyageurs veulent rester connectés durant le vol, dont 53% des 18-24 ans.

35% des voyageurs interrogés sont prêts à payer ou décaler leur vol si c’est pour avoir du Wi-Fi illimité durant le vol.

35% envisageraient de décaler leur vol à un horaire moins pratique si c’est pour obtenir gratuitement du Wi-Fi illimité durant le vol (48% des sondés pour un vol de moins de trois heures et 57% pour un vol de plus de cinq heures). L’attrait va assez loin puisque la moitié des moins de 24 ans est prête à payer 15 euros de plus pour du haut-débit sur un long courrier. Comparativement, seulement 28% des interrogés réclament un catalogue de films ou musiques plus large.

Air Wi-Fi. À ce jour, il reste interdit d’utiliser son mobile en vol pour des raisons de sécurité et rares sont les compagnies aériennes à proposer du Wi-Fi. Inutilement, car leurs débits sont aussi riquiqui que leurs bouteilles de vin : quelques centaines de Mo au mieux ne permettent pas d’envisager du streaming. Coup de grâce, le prix. À titre d’exemple, Air France propose le réseau à 30 euros les 200 Mo. Conscientes des besoins exprimés, les compagnies attendent le déploiement du réseau d’antennes terrestres European Aviation Network.

Comme souvent, la solution pourrait bien arriver par Google : la firme s’est récemment rapprochée de Nokia qui a développé une solution captant la 4G pour doubler la bande passante des avions. Demain, vous pourrez donc liker cette bonne nouvelle sans quitter des yeux votre hublot.

Avion connecté WiFi

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire