Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Bientôt, cet avion nous emmènera à l’autre bout du monde en 3 heures

    Accrochez-vous aux accoudoirs : Boeing a exposé un projet d’avion hypersonique expérimental capable d’atteindre cinq fois la vitesse du son. Soit plus de 6000 km/h.

    « Deux fois plus vite qu’une balle. » Avec un tel sens de la formule qui décoiffe, l’aviateur américain a dégainé l’argument qui tue. Effectivement, le projet présenté lors du forum aéronautique et aérospatial américain SciTech, en janvier serait capable d’atteindre Mach 5. Donc 6 174 km/h. Quand on vous aura dit qu’un avion de ligne trace à 900 km/h, vous devriez avoir le même effet que lors de votre premier passage à Space Mountain.

    Pour le moment, les ingénieurs de Boeing et d’Orbital ATK réservent cette technologie à un avion de chasse, ne serait-ce que pour récupérer le titre d’avion le plus rapide du monde détenu depuis les années 1960 par le SR-71, jet de la société Lockheed-Martin capable de pointes à 3 540 km/h. Mais à l’image des automobiles bénéficiant des innovations développées pour les voitures de course, ce système pourrait à terme servir l’aviation civile. Et ça devrait même carrément vous plaire.

    L’avion le plus rapide du monde servira d’abord des missions de sécurité, mais à terme il pourrait nous permettre de relier les antipodes en trois heures seulement.

    Recycler ses turbulences. En résumant, la technologie hypersonique veut exploiter les ondes de choc que produit l’avion en vol pour s’auto-propulser. Un turbomoteur classique permettrait au jet d’atteindre Mach 3 avant de basculer sur un statoréacteur supersonique qui puise l’oxygène dans l’atmosphère. À la clé, le Boeing gérerait bien mieux sa décélération, ce qui épargnerait les sacs à vomi et autres malaises ressentis par les passagers lors des atterrissages. Vous voyez que vous allez aimer.

    Dans l’immédiat, Boeing travaille sur un prototype à taille réduite en se basant sur les expérimentations de la NASA (le X-43 Scramjet) et son propre X-51 Waverider qui a déjà dépassé Mach 5 en conditions de vol réelles en 2013. Une fois cette étape réalisée, on pourra équiper des chasseurs puis des appareils civils qui, d’ici là, seront probablement devenus des avions autonomes dont l’Intelligence Artificielle saura encore mieux tirer parti de cette technologie (pourquoi pas en anticipant les trous d’air ou les tracés des autres avions). Alors on pourra se rendre d’un bout à l’autre du globe en trois heures seulement.

    Pas besoin de vous faire un dessin pour envisager l’intérêt d’une telle innovation dans tous les projets de mobilité accélérée, comme les voitures volantes.  Et ne nous dites pas que vous n’avez pas envisagé d’aller passer le week-end en Corée depuis le début de l’article…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.