Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Ce TGV du futur pourrait rouler à 1000 km/h

    Quand des Français décident de réhabiliter l’emblématique aérotrain, on peut être ému. Mais quand leur projet est de le moderniser pour qu’il circule deux fois plus vite que le TGV, on est carrément fasciné.

    Séquence nostalgie. L’aérotrain, c’était le précurseur du TGV, un projet ambitieux de train propulsé par turboréacteur, mené par l’ingénieur Jean Bertin. Pas de roues sur une voie ferrée, mais un système de coussin d’air qui évite le frottement donc permet des vitesses démultipliées. Si une ligne de test sur piliers de béton avait été construite dans les années 1970, au nord d’Orléans, elle est aujourd’hui désaffectée. Ce sont précisément ces 18 kilomètres de voie qui intéressent la startup SpaceTrain.

    De 0 à 720 km/h en 26 secondes.

    Véritable déclaration d’intention d’Émeuric Gleizes, son fondateur : « Au lieu de laisser les Américains prendre les devants avec leur projet Hyperloop, nous avons décidé de reprendre la main. » En son temps, Jean Bertin était parvenu à faire rouler un wagon-test en aluminium à la vitesse maximale de 1 300 km/h. SpaceTrain reprend à ce niveau en modernisant les matériaux et les technologies : navette en fibre de carbone, turbine à hydrogène, moteurs à induction et batteries en graphène… Le tout lancé dans un tunnel-tube sous pression où, selon les ingénieurs, une vitesse théorique de 720 km/h est parfaitement envisageable pour ses passagers — car nul ne sait comment nous supporterions la vitesse maximale atteinte par Bertin.

    Voir loin, et y venir vite. Pas besoin de se cramponner, le projet n’est pas prêt d’aboutir. Le temps de réunir quelque 13 millions d’euros et il faudra remettre en état la voie entre Saran et Ruan, usée par le temps et partiellement détruite lors de la construction de l’A19. Autre point de déception, la voie actuelle ne permettra pas de dépasser 540 km/h.

    N’empêche que les douze salariés de la startup répartis entre Orléans et Paris s’activent et espèrent lancer les premiers essais d’ici 2020. Des difficultés multiples mais pas indépassables puisque SpaceTrain est désormais une filiale de la société de robotique Jacques Vaucanson. On aura alors un train capable de placer Orléans à 25 minutes de Paris dans un transport dénué de vibration et sans bruit pour les riverains. Le rêve de Bertin est lancé à toute vapeur.

    Pour rêver vous aussi, les infos et dessins techniques sont sur spacetrain.fr.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.