Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Peut-être parce qu’il est français, ce télescope voit 100 fois plus loin que les autres

    Des Aixois ont créé un télescope qui améliore ce que vous voyez et le partage avec les spécialistes. Et quand on sait qu’ils ont déjà levé plus d’un million de dollars sur Kickstarter, ça donne envie de zoomer sur leur invention.

    Star what ? La première fois qu’on pose son œil sur une lunette astronomique, on se demande comment on est passé à côté toute sa vie. Encore sous le coup de cœur, vous achetez une première lunette qui, hélas, ne révèle que la lune, tout le reste est trop loin. Une seconde vous coûtera 1000 euros environ pour accéder à l’univers profond mais avec des images ternes, trop souvent floues et en gamme de gris. Acheter un télescope, vous n’y pensez pas, c’est trop cher et avant même la prochaine nuit des étoiles filantes ou le passage de l’ISS vous lâchez l’affaire.

    Et si on vous redonnait envie d’ouvrir l’œil ? La startup d’Aix-en-Provence Unistellar a développé un nouveau télescope qui ajoute à l’optique des éléments d’électronique et d’informatique afin de fournir des images plus lumineuses et, surtout, en couleurs.

    Ça vaut le coup d’œil. L’eVscope (pour Enhanced Vision Telescope) fonctionne en superposant les poses comme le ferait un appareil photo moderne tandis que la lunette, agissant comme un robot, se charge de commander le capteur. Le résultat, c’est qu’en une dizaine de secondes, même un amateur tirera des images de galaxies et de nébuleuses (comme les pros appellent les amas d’étoiles). Selon les concepteurs d’eVscope, alors que son miroir ne mesure qu’onze centimètres, les images seraient aussi lumineuses que celle obtenues avec un télescope d’un mètre de diamètre.

    Objet volant déjà identifié. Pour améliorer encore plus le plaisir de l’expérience astronomique, l’eVscope reconnaît après traitement les objets célestes qu’il observe. Il possède une base de coordonnées de près de 10 millions d’objets, accessible même sans connexion. Vous aurez donc le droit à quelques infos sur la planète ou l’étoile dont vous suivez la course.

    Pour le moment, seuls quelques prototypes existent et ont été présentés au CES de Las Vegas cette année ; mais Unistellar a lancé une campagne de crowdfunding pour le produire en série et espère le commercialiser courant 2018, pour 2000 euros (les veinards qui ont souscrit sur Kickstarter l’auront pour moitié prix environ). Ces Aixois ont bien raison de croire en la coopération, car c’est auprès de l’institut SETI qu’ils ont eux-mêmes trouvé un soutien.

    Vue partagée. En plus des ingénieurs et spécialistes de l’imagerie qui ont fondé Unistellar, l’astrophysicien Franck Marchis a rejoint l’aventure, intéressé par une fonctionnalité spécifique : le mode « Campagne d’observation » qui permet au télescope de communiquer ce qu’il voit à l’institut SETI afin de centraliser des vues prises depuis différents points sur Terre. Par recoupement, on pourra conserver des données plus précises sur des événements passagers comme des comètes ou supernova.

    Une façon de faire collaborer les scientifiques amateurs et professionnels sur des projets globaux, comme cela se pratique de plus en plus souvent dans l’exploration spatiale notamment. De quoi donner envie de participer à découvrir de nouvelles étoiles. Vous aurez une nouvelle bonne raison de briller en soirée.

    Pour soutenir le lancement d’eVscope, leur page Kickstarter est ici.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.