Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Un Taïwanais invente le premier hôpital pour abeilles

    Pollution, climat… vivre en ville est un parcours du combattant pour les abeilles. Le dispensaire imaginé par Shau Heng Li va aider les précieux insectes à mieux vivre dans notre environnement.

    Pas facile d’être une abeille. Entre les pesticides, les insectes parasites et le réchauffement climatique, la menace vient de tous les côtés. Depuis la fin des années 90, les scientifiques ont d’ailleurs observé un phénomène inquiétant et dont les causes demeurent mystérieuses : le syndrome d’effondrement des colonies. Les ruches se vident et la colonie disparaît dans la nature…

    Ce phénomène n’affecte pas seulement la production de miel car, comme le rappelle l’Institut National de Recherche Agronomique, 84 % de la production des espèces cultivées en Europe dépendent directement des pollinisateurs, constitués à 90 % d’abeilles domestiques et sauvages. « S’il n’y a plus d’abeilles, résume le designer Shau Heng Li, ce serait un désastre pour la biodiversité sur Terre. »

    C’est Maya qui va être contente. Ce jeune Taïwanais passionné de biologie a donc créé le refuge ultime pour les abeilles. Il se compose d’une mangeoire contenant des nutriments et des compléments alimentaires pour  mieux digérer les pesticides que ces insectes auraient ingérés par mégarde, et un distributeur de répulsif à mite Varroa, cette vilaine tueuse d’abeilles. Enfin, un système de détection et de traçage va fournir aux scientifiques des données pour mieux comprendre les comportements actuels des abeilles, donc mieux leur venir en secours.

    Avec son projet, le Taïwanais souhaite aussi interpeller le grand public : « Je veux que les gens sachent que le design ne sert pas uniquement à faire beau, il peut avoir un sens et raconter une histoire de sciences, comme notamment l’importance des abeilles. » Actuellement, son hôpital en kit n’est encore qu’à l’état de prototype. Mais Shau Heng Li espère l’achever avec l’aide d’apiculteurs et de scientifiques. Et quand il aura fini, il prévoir déjà de partir à la rescousse d’autres espèces : « Je pense réaliser ensuite un projet similaire pour les oiseaux. »

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.