Ce supermarché cultive ses légumes sur son toit
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ce supermarché cultive ses légumes sur son toit
Margaux Couturier |  17.08.2017
Ce supermarché cultive ses légumes sur son toit

Circuit court ou court-circuit ? La grande surface canadienne IGA a décidé de jouer la carte de l'ultra frais et est devenu le premier hypermarché au monde à cultiver ses propres produits sur sa terrasse.

Toit, toit, mon toit. 2 000 m² de jardin, 30 variétés différentes de fruits et de légumes certifiés bio et 8 ruches d’abeilles. Vous ne vous baladez pas en pleine campagne, un épis de blé au coin de la bouche, mais bien sur la terrasse d’un hypermarché du quartier Saint-Laurent, dans le centre de Montréal. Richard Duchemin, le propriétaire des lieux, a ouvert le potager au début du mois de juillet 2017. C’est le premier toit vert du genre dans le pays. « Les gens sont très intéressés à acheter local, a-t-il expliqué au quotidien Ottawa Citizen. Il n’y a rien de plus local que cela. »

Ce que fait le magasin IGA de Duchemin, c’est le « circuit court ». Ce mode de commercialisation vise à limiter le nombre d’intermédiaires maximum entre le producteur et le consommateur à un seul, dans un rayon moyen de 70 km. En clair, acheter en direct et près de chez soi. Niveau traçabilité, on ne fait pas mieux. D’ailleurs, l’initiative a déjà conquis les clients montréalais : ils peuvent maintenant acheter dans leur grande surface de meilleurs produits bio pour moins cher, proximité oblige. Une étude de 2012 indiquait que le principal frein des consommateurs à utiliser le circuit court était la difficulté à rassembler tous leurs achats alimentaires dans un seul lieu. Duchemin a donc réglé ce problème.

La ligne verte. Ce grand potager a également permis au propriétaire de faire pas mal d’économies et de limiter les livraisons en camion. Mais il fait un peu plus que ça pour l’environnement. Grâce à un système de déshumidification de l’air, la terrasse régule naturellement la température de l’hypermarché, situé juste en dessous. L’eau récupérée est utilisée pour arroser le potager. Sans compter le retour des insectes en tous genres au sein de la ville.

S’il est le premier à avoir franchi le pas au Canada, Richard Duchemin espère que d’autres distributeurs s’engageront dans des projets de même nature. Pour ce qui est de la France, si 7% des achats se font aujourd’hui par circuits courts, selon un sondage réalisé par Ipsos, il faudra peut-être encore un peu de patience avant de profiter du potager d’un hypermarché.

Agriculture Canada Supermarché

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire