Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Dans le sud-ouest, ils inventent un biocarburant à base de graisse de canard

    Cela ne concerne pas que les fans de foie gras, mais tous ceux qui veulent s’affranchir du pétrole et des stations service.

    Magret-powered. Du Périgord à l’Ariège, les initiatives se multiplient pour récupérer ces déchets des élevages d’oies et de canards. En premier lieu, les étudiants de Génie Chimique de Périgueux ont constaté il y a plusieurs années que la graisse animale pouvait servir de base à un biocarburant, par ses propriétés visqueuses. À ce titre, la graisse de canard serait idéale, car plus fluide et plus conforme aux exigences sanitaires que le gras de porc.

    Duckmobiles. Des étudiants de l’Ariège ont même été jusqu’à construire une voiture utilisant cette propriété. Ils ont mis au point la MirS3D, improbable voiture qui roule avec une mixture 40% gazole et 60% de graisse de canard. Lancée sur un circuit, face à d’autres véhicules low energy, elle a réussi sa course sans un couac.

    Résultat de recherche d'images pour "MirS3D"

    Le bonheur est dans le pré. Aux premières loges, des agriculteurs de Dordogne avaient déjà envisagé cette solution. En chauffant la graisse résiduelle de leurs exploitations, pour en éliminer l’eau, ils n’avaient qu’à ajouter ensuite de l’éthanol et de l’hydroxyde de potassium pour trouver dans leur cuve d’un côté du savon, de l’autre un biodiesel.

    Résultat de recherche d'images pour "eleveur de canards"

    Une coopérative entre Brive et Bordeaux aurait même réussi à produire assez de biocarburant de canard pour alimenter tracteurs et voitures toute l’année. « L’idée, c’est de ‘bouffer’ moins de pétrole en créant de l’énergie avec ce qu’il y a dans nos fermes » explique Jules Charmoy à AutoPlus. Une façon de limiter les rejets nocifs, et une économie pour ceux qui sont déjà bien souvent les deux pieds dans la précarité.

    Avec 1500 tonnes de graisse récupérées, on pourrait produire un million de litres de biodiesel.

    Alors pourquoi n’a-t-on pas déjà tenté une production nationale ? Car ce biocarburant n’est pas si rentable. Un litre coûterait 1,11 euro à fabriquer, mais surtout, la divine graisse avicole fait déjà des envieux, notamment dans l’industrie alimentaire. En tous cas, vous ne regarderez plus la bande jaune du foie gras du même œil cette année…

    Crédits photo : France 3 Périgord

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.