Stopper les moteurs thermique en 2035 ? L’Allemagne dit "NEIN"
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Mobilité douce / Stopper les moteurs thermique en 2035 ? L’Allemagne dit “NEIN”
Stopper les moteurs thermique en 2035 ? L’Allemagne dit “NEIN”
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  28/02/2022 01:30
Stopper les moteurs thermique en 2035 ? L’Allemagne dit "NEIN"

Leur ministre des Transports estime que l’électricité n’est pas la seule transition possible et lorgne en particulier sur les carburants de synthèse.

De passage en France, le ministre des Transports allemands a quelque peu surpris ses homologues européens en déclarant : « nous voulons autoriser les moteurs à combustion même après 2035 ». Volker Wissing a pourtant bien conscience des enjeux climatiques et de la volonté de l’Europe d’interdire toute vente de motorisation essence et diesel. Mais il a un autre plan : autoriser à rouler les voitures fonctionnant aux carburants de synthèse.

Le thermique n’a pas dit son dernier mot. Des propos qui rejoignent ceux du ministre de l’environnement italien Roberto Cingolani en début de mois. Selon le ministre allemand, ne pas se limiter à une ou deux technologies (l’hydrogène et l’électricité) est une question de neutralité ; trivialement, on appelle ça « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». D’autre part, il juge que la majorité des pays européens n’ont « pas assez de véhicules électriques » pour pouvoir rapidement inverser la courbe des émissions et même que les constructeurs n’arriveront pas à en produire pour sauver le climat.

Les carburants de synthèse peuvent ils nous sauver ? Si cette solution permet de limiter le recours aux énergies fossiles et de réduire de moitié les rejets de CO2 d’un véhicule (selon une étude d’un consortium automobile), elle reste à la fois polluante à la production et à la sortie du pot d’échappement. Mais alors pourquoi l’Allemagne la défend-elle ? Parce que la date de 2035 n’est pas définitivement arrêtée, les pays négociant et discutant encore. Et parce qu’en matière de carburant de synthèse, l’Allemagne a encore une longue d’avance.

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !