Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Une startup qui permet de ne plus payer ses amendes

    Son outil de contestation de contraventions est tellement efficace que les grandes villes américaines commencent à perdre de l’argent. La revanche des automobilistes ?

    Phobie administrative. Aussi vigilant et bienveillant que vous soyez, il vous arrivera toujours de risquer l’amende. Parce que la place que vous avez trouvé hier soir était en alternance ce matin, ou que vous n’avez pas suivi les arrêtés municipaux annonçant des travaux, ou bien parce que la vitesse était réduite sur un tronçon minuscule mais contrôlé par radar…

    Bref, un jour la prune finit par tomber de l’arbre et, à coup sûr, votre bagnole sera dessous. Jusqu’ici, pas le choix, il fallait sortir le carnet de chèque. Mais quelques startups américaines sont en train de renverser la situation avec des chatbots qui vous accompagnent dans les démarches administratives pour contester votre infraction. La plus connue : DoNotPay.

    La contestation. Les chatbots, vous connaissez : ce sont ces agents conversationnels qui vous posent des questions pour vous aider à faire un choix. Souvent employés par des sociétés de service pour réserver ou pour s’y retrouver dans un capharnaüm d’informations. Malicieusement, c’est la solution qu’a choisie Joshua Browder en 2015 pour aider ses concitoyens à se rebiffer contre la machine.

    En 2017 ans, DoNotPay avait déjà obtenu l’annulation de 375 000 amendes.

    Encore étudiant à Stanford, ce jeune britannique bataille pour trouver juridiquement comment ne pas payer un PV de stationnement. Il y arrive mais du coup sa famille lui demande assistance à chaque prune. Lassé, il développe donc DoNotPay : ce robot-avocat vérifie la légitimité d’une contredanse par le biais de questions sur la situation de l’infraction (le panneau était-il bien entretenu et parfaitement visible ?) et sur l’amende elle-même (correctement écrite, cases bien cochées…). À la fin du chat, DoNotPay génère une lettre de rejet juridiquement recevable, à renvoyer aux services administratifs concernés. Et basta.

    Rage against the machine. Avant de vous garer comme un sagouin sur le premier trottoir, sachez que DoNotPay n’est disponible qu’en Angleterre et aux USA. Mais ce site ainsi que quelques autres (WinIt et TurboAppeal) ont un tel succès là-bas qu’ils ne sauraient tarder à venir en France selon leurs créateurs. Près de 50% des requêtes aboutissent au point que les grandes villes (Londres et New York en tête) y perdent des millions de leurs revenus. D’autant que nombre d’autres taxes locales, mal gérées par défaut de personnel, pourraient également être visées. Mais aussi des litiges commerciaux, des congés maternités ou des subventions…

    Pour Joshua Browder, la fronde numérique est en marche, entendez-vous rugir ces féroces chatbot ? Tremble administration, les intelligences artificielles viennent au secours du peuple des automobilistes.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.