" layout="nodisplay"> Si on pédalait tous comme les Hollandais, on économiserait 700 millions de tonnes de CO2 par an
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Mobilité douce / Si on pédalait tous comme les Hollandais, on économiserait 700 millions de tonnes de CO2 par an
Si on pédalait tous comme les Hollandais, on économiserait 700 millions de tonnes de CO2 par an
Robin Ecoeur |  06/09/2022 21:53
Si on pédalait tous comme les Hollandais, on économiserait 700 millions de tonnes de CO2 par an

Ce chiffre, tiré d’une étude publiée au sein de la revue scientifique « Communications Earth and Environment », représente l’équivalent des émissions annuelles du Canada. L’économie se ferait si le monde entier se mettait à pédaler comme le font les cyclistes des Pays-Bas, soit 2,6 kilomètres par jour.

L’effet papillon. Les petits gestes peuvent avoir de grandes conséquences. Surtout si des milliards de personnes sur Terre décidaient unanimement de troquer la voiture pour le vélo. Pour justement démontrer les avantages écologiques de la bicyclette, une équipe internationale de scientifiques a réalisé une étude en analysant l’utilisation et la possession de vélos dans 60 pays, de 1962 jusqu’en 2015.

Les chercheurs font d’abord un constat simple. On produit aujourd’hui plus de vélos que de voitures. Sauf que l’usage de la bicyclette reste souvent sous la barre des 5% au quotidien. C’est dommage, car quelques kilomètres par jour à vélo aideraient, selon l’étude, à réduire fortement la pollution. Par contre, l’effort doit se faire de manière collective.

Les grands chiffres. Imaginons — cela reste hypothétique — que le monde entier décide de pédaler comme le font les Danois, soit environ 1,6 kilomètre à vélo par jour. Sur un an, on pourrait économiser 414 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de la Grande-Bretagne. En s’inspirant des champions du monde de la bicyclette, les Néerlandais, ce chiffre atteindrait 686 millions de tonnes de CO2 en moins. Un chiffre qui représente l’équivalent de 700 millions de vols Paris — New York en moins dans l’atmosphère, puisqu’on estime qu’un trajet de ce type en avion représente 1 tonne de CO2.

Dans son étude, l’équipe de chercheurs précise que cette enquête comporte des biais (par exemple un manque de données sur les vélos en libre-service ou au niveau des villes). Mais les résultats « constituent une bonne base pour élaborer notre histoire mondiale des bicyclettes, en particulier le rôle des bicyclettes dans la transition vers un transport routier durable », écrivent les scientifiques. Ceci étant dit, ils suggèrent « qu’il est urgent de promouvoir l’utilisation durable du vélo en soutenant le développement des politiques et des infrastructures. »

Si les chiffres avancés par l’enquête sont conséquents, ces objectifs sont irréalisables, tant les disparités mondiales sont grandes (investissements, infrastructure, pistes cyclables, etc.). Ils permettent simplement de réaliser la grandeur des bénéfices que représenteraient des investissements massifs en faveur du vélo. Et montre que certains trajets courts, surtout ceux qui peuvent facilement se réaliser en pédalant, peuvent avoir un impact direct sur la planète. 

Les résultats de l’enquête sont ici.

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !