Selon une étude, les chauffeurs de voitures de luxe seraient "des gros beaufs égocentriques"
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Selon une étude, les chauffeurs de voitures de luxe seraient “des gros beaufs égocentriques”
Robin Ecoeur |  10.02.2020
Selon une étude, les chauffeurs de voitures de luxe seraient "des gros beaufs égocentriques"

En Finlande, le chercheur en sciences sociales Jan-Erik Lönnqvist a cherché à savoir s’il y avait un lien entre le comportement de certains conducteurs et le type de voiture qu’ils conduisent. Apparemment, oui.

La science a parlé. Si vous êtes un homme égocentrique, têtu et désagréable, alors vous êtes plus susceptible de posséder une voiture de luxe. C’est en tout cas vrai en Finlande, où un universitaire a mené une enquête pour mettre fin au débat : « Est-ce que les gros c**s sur la route roulent avec des grosses bagnoles de riches ? »

Pour apporter des éléments de réponses, le Finlandais a questionné 1832 individus sur le modèle de leur voiture, leurs habitudes de consommation, leur statut social et leurs traits de personnalité. Le test, baptisé Big Five, permet de cerner les réactions d’une personne face à une situation donnée en analysant l’ouverture d’esprit, la conscience morale, l’extraversion, l’agréabilité et la nervosité. Résultat : « Les hommes égocentriques, têtus, désagréables et faisant preuve de peu d’empathie sont plus susceptibles de posséder une grosse berline allemande », peut-on lire sur le site de l’université d’Helsinki.

Résultat de recherche d'images pour "voiture beauf"

Les femmes seraient plus sympas. « Ces traits de personnalité montrent le désir de posséder des produits haut de gamme, et ces mêmes traits expliquent également pourquoi ces personnes enfreignent les règles de la circulation plus fréquemment que d’autres, reprend le chercheur. Nous avons également constaté que ceux dont la personnalité était jugée plus désagréable étaient plus attirés par les voitures de luxe. Ce sont des gens qui se considèrent souvent comme supérieurs et qui souhaitent le montrer aux autres. » Sur la route, ces conducteurs sont plus enclins à griller des feux rouges, ne pas s’arrêter pour laisser passer les piétons ou conduire de manière dangereuse.

Un constat uniquement observé chez les hommes, précise l’étude. Pour Jan-Erik Lönnqvist, l’une des raisons pouvant expliquer cette hypothèse est que les voitures n’ont tout simplement pas la même signification pour les femmes, sans s’aventurer plus loin. Un peu léger comme explication.

Comportement étude Finlande voiture

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire