Et si le secret de la longévité se cachait chez les Amish ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Et si le secret de la longévité se cachait chez les Amish ?
Vincent Pons |  15.12.2017
Et si le secret de la longévité se cachait chez les Amish ?

La communauté des Amish abrite un secret jalousé bien gardé : la fontaine de jouvence. En vivant plus vieux que le reste de la population américaine, ils font mentir tous les pronostics de la médecine contemporaine.

10 ans plus vieux que le reste du monde. La communauté Amish, c’est 300 000 personnes réunies autour d’un projet : vivre selon la tradition de leurs ancêtres. Habillés comme des hipsters avant même que le terme ne devienne à la mode, ces migrants venus d’Europe centrale vivent au rythme des saisons, sans iPhone ni compte Instagram. Peu touchés par la consommation de masse, ils mangent ce qu’ils produisent localement. Cela ne les empêche pas d’avoir un régime gras et riche en sucre ; pourtant le taux d’obésité ne dépasse pas 4% alors qu’il est de 35,7 % chez le reste de la population américaine. En moyenne, ils vivent dix ans plus vieux que le reste de la population grâce à un gêne mutant. Mais ce n’est pas tout.

Vivre à 0km/h. Les Amish ne fument pas, ne boivent pas et n’ont pas de partenaires multiples, ils vivent à l’air libre toute la journée et travaillent la terre. Non abrutis par les néons de l’open space, leur vie est sans stress. Les psychanalystes n’existent pas dans la communauté : s’il y a un problème, on lave son linge sale en famille, pas de refoulement des névroses. Quant à l’agriculture, ils la pratiquent naturellement, sans produits chimiques nocifs pour la terre et pour le corps humain. En bref : les Amish sont écolos et ça se voit sur leur carnet de santé.

Flower Power. En communion avec la nature, ils n’ont pas perdu le lien avec la nature. Leur système immunitaire résiste aux bactéries, ils boivent du lait cru et n’enlèvent pas toute la poussière des maisons (afin que le corps s’habitue). La vie à la ferme les protège de ce que les habitants des villes craignent. Ils n’ont pas peur de ce qui les entoure (c’est naturel). En définitive, ils vivent plus longtemps et ne sont pas effrayés par la mort ; ils l’attendent patiemment avec leur famille nombreuse. Un exemple à suivre.

Amish Mort Sociologie

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire