Se faire livrer est-il plus écolo que de faire ses courses ? (Spoiler : oui)
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Se faire livrer est-il plus écolo que de faire ses courses ? (Spoiler : oui)
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  8 jours
Se faire livrer est-il plus écolo que de faire ses courses ? (Spoiler : oui)

86% des commandes en ligne sont directement livrées à domicile, évitant ainsi pas mal de trajets polluants et inutiles. Sauf… si vous n’êtes pas chez vous.

Quand on parle d’e-commerce, on pense à Amazon, à ses gigantesques centres logistiques, ses “envois sous 24h” impliquant des camionnettes roulant presque vides et ses emballages jetables qui emplissent les poubelles inutilement. À raison : la plateforme américaine émet 8,87 millions de tonnes de CO2 par an, autant que toute la Bolivie. Mais, il n’y a pas qu’Amazon dans la vie et, dans de nombreux cas, la livraison se révèle un choix moins polluant.

Dites camion. Premier point : si le poids-lourd qui apporte des produits étrangers est une calamité en termes de particules et de CO2 rejeté, c’est de moins en moins le cas du livreur du « dernier kilomètre » qui vous l’amène. La création des Zones à Faibles Émissions en centre-ville et dans les quartiers interdit les camionnettes polluantes au profit de vans électriques, voire de vélos et triporteurs. Ce n’est pas le cas des boutiques qui reçoivent des grosses cargaisons, en palettes de cartons emballés – encore des déchets – livrées par des véhicules forcément plus imposants.

Plus de livreurs, moins de voitures. Second point, un livreur de type Chronopost embarque dans sa tournée pas moins de 80 colis. Quand vous allumez Waze avant un grand voyage, son trajet à lui est optimisé chaque jour. Conclusion, il roule de façon plus efficace et sa tournée évite à 80 personnes d’aller en boutique chercher leur produit, le plus souvent en voiture (car on apprécie notre coffre), en solo, et en polluant un peu plus longtemps pour trouver un stationnement.

Premier livreur de France, La Poste gère 65% des livraisons de colis et possède plus de 42 000 véhicules électriques (52% de son parc) dont la moitié de vélos.

La pollution de l’absence. Le problème est que si vous n’êtes pas chez vous, le livreur repart avec le colis et reviendra le lendemain, doublant son trajet inutilement et polluant soudain plus que vous – il est plus chargé donc plus lourd. C’est pourquoi il est indispensable de préférer les points de dépôts, prendre rendez-vous avec son livreur (comme le propose UPS par exemple) ou passer par une livraison collaborative avec un voisin. Autre catastrophe : le renvoi d’article. Pas la bonne taille ou achat impulsif… Ils repartent dans l’autre sens, mais les trajets effectués, eux, ont définitivement abîmé la planète.

Il ne reste alors qu’à vous responsabiliser : acheter local, choisissez un coursier à vélo (il y en a dans chaque ville), et éviter tout renvoi. En attendant les robots livreurs hyper-optimisés, le respect de la planète est dans vos mains.

Livraison à domicile

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !