Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Demain les voitures à hydrogène pollueront moins et seront moins chères

    Des scientifiques américains pensent avoir trouvé une technique qui permet d’utiliser 90% de métal en moins pour la fabrication des catalyseurs, essentiels au fonctionnement des piles à combustible.

    10% d’hydrogène vert en 2023. Certaines voitures à hydrogène roulent grâce à une pile à combustible couplée à un moteur électrique. Cette pile fonctionne comme un générateur et « produit » de l’électricité pour actionner le moteur et ainsi faire rouler le véhicule.

    Le hic, c’est que l’hydrogène n’existe plus sous sa forme naturelle, et en produire pollue. Pour pallier ce problème, il faut que cette énergie soit créée de manière verte, grâce notamment à l’électrolyse de l’eau (une technique qui, à l’échelle industrielle, coûte cher à produire). La fabrication commence cela dit à devenir plus respectueuse de l’environnement et la France vise sur 10% d’hydrogène vert produit en France en 2023. Il y a donc du progrès et des ambitions clairement affichées.

    Réduire le coût des piles. Mais le problème auquel se sont attaqué les chercheurs américains issus de trois universités différentes est celui de la production du catalyseur, essentiel au rendement de la pile. Pour le produire, on utilise du platine, un métal rare et très coûteux qui vient majoritairement d’Afrique du Sud. Le but de leur étude : voir s’il était possible de réduire la quantité nécessaire de cet élément afin de baisser le coût de production des véhicules.

    Optimiser les matériaux. On vous épargne les détails techniques, mais d’après leurs recherches, ils sont arrivés à la configuration idéale : cinq couches, chacune aussi fine de celle d’un atome, ce qui permet d’augmenter l’activité du catalyseur et d’utiliser jusqu’à 90% de métal en moins que dans les piles actuelles. Le prix de production de ces piles pourrait alors baisser et, in fine, faire diminuer celui des voitures.

    Cette étude permet de faire un (petit) pas de plus vers l’hydrogène, même si ce n’est pas encore demain qu’on roulera tous avec. Le salut passera par des actions locales et par l’investissement d’entreprises comme cette startup qui fabrique des stations qui produisent leur propre hydrogène. Le chemin est semé d’embûches, mais il en vaut la peine. 

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.