Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Scientifiquement prouvé : pédaler boosterait la libido

    Une étude américaine démontre que ce serait vrai chez les femmes qui font plus de 40 kilomètres chaque semaine.

    Femmes à bicyclette. Le sophisme est bien connu : le sport permet au corps d’exulter, or quand on est bien dans son corps on est mieux dans sa tête, donc plus enclin à désirer (et peut-être même : à attirer). Bref, faites du sport et vous aurez une libido plus épanouie. Les chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley vont plus loin en démontrant quelle influence le cyclisme a sur votre vie sexuelle.

    Pour ça, ils ont recoupé les données médicales de 3 118 femmes issues de cinq pays différents, mais impérativement sportives puisque toutes étaient sélectionnées dans divers clubs de natation, athlétisme ou cyclisme. L’étude a alors comptabilisé celles qui font plus de trois fois du vélo par semaine, depuis plus de deux ans, et parcourent au moins 40 kilomètres à chaque fois (13% des sondées). Ceci pour mieux les opposer aux moins passionnées par la pédale (53% de l’échantillon). Accrochez-vous au guidon, la conclusion est sans appel :

    Les femmes qui pratiquent ardemment le vélo ont plus d’appétit sexuel et une plus grande satisfaction.

    Sur la sellette. Si vous vous demandez ce qui a poussé les chercheurs de Berkeley à regarder sous nos leggings en lycra, c’est une autre facette de notre santé. Car hélas, l’étude constate aussi une recrudescence d’infections urinaires chez les grandes cyclistes. La faute très probablement aux pressions exercées par la selle qui engourdit l’aine et les organes génitaux et favorise la circulation des bactéries pathogènes vers l’intérieur du corps.

    Loin de se débiner, le chercheur Thomas W. Gaither conclut dans sa publication scientifique : « Quoique mineures, ces découvertes imputables aux selles et aux infections peuvent inhiber l’activité sexuelle. Si on trouve un moyen pour les éviter, nous pensons que le cyclisme pourrait vraiment améliorer l’épanouissement sexuel. » Une nouvelle encourageante qui vient s’ajouter à la fin d’une idée reçue quant aux répercussions sur les fonctions péniennes du vélo. Cet hiver, le Département d’urologie de l’université de Californie-San Francisco a démontré qu’il n’y avait aucune corrélation entre le temps passé à vélo et les troubles érectiles ou les dysfonctionnements urinaires. Voilà qui regonfle le moral.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.