Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Pour sauvegarder votre cerveau, cette startup propose de… vous tuer

    Les fondateurs de Nectome ont développé un moyen de préserver parfaitement votre cerveau. Tentant, mais la méthode est 100% fatale.

    Insane in the brain. C’est encore une histoire à dormir debout, comme on les affectionne dans la Silicon Valley : pour atteindre une forme d’immortalité, Nectome promet à ses clients de sauvegarder les informations contenues dans leur cerveau de manière à pouvoir les ré-implanter plus tard.

    Quel intérêt ? C’est Robert McIntyre, l’un des deux ingénieurs du MIT cofondateurs du projet, qui l’expliquait à MIT Technology Review : « Aujourd’hui, lorsqu’une génération meurt, nous perdons toute leur sagesse collective. Il est certes possible de transmettre leur savoir à la génération suivante, mais c’est plus compliqué pour ce qui est de la sagesse. Vos enfants doivent eux aussi commettre les mêmes erreurs pour apprendre. »

    Hibernatus. Chacun décidera s’il est d’accord ou non avec cette assertion. En revanche, une chose est certaine : nous sommes loin de maîtriser le fonctionnement du cerveau humain ; et encore moins de savoir comment on peut sauvegarder tout le contenu d’un cerveau dans le cloud. Du coup, concrètement, ce que Nectome propose, c’est de conserver votre cerveau dans des conditions extraordinaires, en attendant que des chercheurs arrivent un jour à gérer une opération aussi complexe que sauvegarder et ré-implanter des souvenirs, des pensées et des opinions.

    Pour cela, Nectome a développé une technique unique au monde dite « cryoconservation stabilisée à l’aldéhyde ». Celle-ci consiste à injecter une solution chimique au patient. Elle va fixer les synapses et les connexions entre les neurones et préserver ainsi le cerveau intact pendant des siècles. Forcément, l’injection induit l’idée automatique de mourir. Mais pour ce qui est du procédé, ça a l’air de vraiment marcher. Après un succès notoire avec le cerveau d’un lapin, Robert McIntyre a récidivé avec le cerveau – bien humain cette fois – d’une personne âgée qui venait de mourir deux heures plus tôt.

    Une opération à 8000 €. Vous l’aurez compris, tout ça reste encore très hypothétique. Quand bien même les fondateurs de cette drôle de startup (ou plus vraisemblablement leurs successeurs) arrivaient un jour à leurs fins, il n’est précisé nulle part sur quel type de substrat seraient implantées les données sauvegardées depuis le cerveau biologique du client. Va-t-on fabriquer des cerveaux vierges dans le futur ? Sera-t-on condamné à vivre notre humanité dans le corps d’une machine ?

    Tout cela est encore bien flou, mais si ça vous botte de vous faire congeler le ciboulot, il vous en coûtera un peu plus de 8 000 euros. Et le pire, c’est que vous ne serez même pas le premier, il y a déjà plusieurs dizaines de personnes avant vous sur la liste d’attente. Voilà qui donne un coup de froid.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.