Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Les reToqués donnent une deuxième vie aux invendus

    Des snacks écolo produits grâce à des fruits invendus, c’est bien. Associés à un ensemble de valeurs écologique, solidaire et équitable, c’est encore mieux. C’est le quotidien des reToqués. Rencontre avec des sauveurs de fruits et… d’hommes !

    Dans l’Oise, cette petite entreprise a décidé de mettre l’accent sur l’écologie et l’intégration plutôt que le profit pur. Depuis bientôt un an, les reToqués proposent une autre façon de voir l’agro-alimentaire et à plus d’un titre ça fait du bien au ventre. Entretien avec Anne-Charlotte Vivant, ingénieure agronome et fondatrice du projet.

    Comment est né un projet comme Les reToqués ?

    C’est la suite logique de mon parcours un peu atypique ! J’ai fait des études d’ingénieur agronome et après mon diplôme, je suis rentrée dans une communauté monastique où j’ai associé vie de prière et travail à l’extérieur de la communauté. Après treize ans, j’ai quitté la communauté pour raisons de santé, mais je ne suis pas repartie « à vide », au contraire j’avais une conviction très forte que le monde et les hommes avaient tous une valeur extraordinaire que, malheureusement, notre société ne savait pas toujours voir. C’est cette conviction qui m’a conduite à vouloir lancer un projet pour révéler ces valeurs cachées.

    « Je veux proposer des produits qui nous font du bien en faisant du bien aux autres. »

    Un projet alimentaire à la fois équitable, solidaire et local donc ?

    Oui. Je me suis naturellement tournée du côté de l’alimentation et de l’agriculture et j’ai contacté des producteurs locaux en leur faisant part de mon souhait de monter un projet associant valorisation de leurs productions déclassées et insertion de personnes éloignées de l’emploi. Un producteur de pommes est tout de suite monté dans la barque, c’est comme ça que le projet a démarré. Il s’agissait ensuite de trouver quel produit fabriquer, et là, c’est un séjour à Hong Kong, où tout ce qui est imaginable est vendu sous forme séchée, que j’ai eu l’intuition de créer des snacks à partir de fruits déshydratés : je veux proposer des produits qui nous font du bien en faisant du bien aux autres.

    Comment vos valeurs se manifestent-elles sur le plan agricole ?

    Mon but est de mettre en place un business modèle qui rémunère de façon équitable les producteurs. Même pour les productions qui ne rentrent pas dans les « normes » de calibrage, pour qu’ils puissent se dire : « Je peux récolter, je sais que je ne perdrai pas d’argent en récoltant toute ma production. » Je travaille aussi sur un partenariat avec la startup Phénix pour pouvoir transformer les fruits et légumes invendus des grandes surfaces.

    « Je fais travailler un père de famille réfugié irakien, arrivé en septembre en France et ne parlant pas français. »

    Et pour l’aspect solidarité, comment votre démarche aide à combattre le chômage ?

    Je travaille sur un programme d’accompagnement des personnes en insertion pour leur permettre de reprendre confiance en elles et de révéler leur valeur. Par exemple, quand j’ai des commandes qui nécessitent un coup de main, je fais travailler un père de famille réfugié irakien, arrivé en septembre en France et ne parlant pas le français.

    Vous semblez satisfaite. Quel est l’avenir des reToqués ?

    Mon souhait est de pouvoir rapidement industrialiser ce modèle, pour pouvoir arriver à des coûts de production intéressants et proposer un produit accessible au plus grand nombre. Ainsi, on pourra augmenter l’impact vertueux pour les producteurs et les employés.

    Envie de manger écolo et faire pousser l’intégration ? C’est par là : lesretoques.strikingly.com

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.