Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    À Rennes, les arrêts de bus fonctionnent déjà à l’énergie solaire

    La métropole bretonne a rénové cet été le système d’affichage de ses abribus par un papier électronique automatiquement mis à jour et bien plus économe en énergie.

    Prochain bus dans… À première vue, pas de grand changement. Ni bus volant, ni hologramme, la modification se fait sur le panneau qui affiche les heures de passage. Avant, il y avait soit le vieil horaire en papier, réimprimé à chaque modification (vacances, travaux), soit des écrans à LED affichant le temps d’attente avant le prochain bus en temps réel, donc perpétuellement allumé.

    Les nouveaux abribus créés par Papercast et Visionect utilisent la technologie E-Ink, bien connu des utilisateurs de liseuse électronique, qui imite le papier mais est dynamique afin de pouvoir se modifier instantanément pour indiquer tout changement. Le tout sans écran ni rétro-éclairage, donc sans lumière à alimenter.

    Éteignez l’écran. À quoi bon ces installations, direz-vous, à l’ère du smartphone ? Vos yeux disent merci – des écrans vous en voyez assez – et tous ceux qui n’ont pas un smartphone en main H24 aussi, seniors en tête. Au besoin, un bouton sous le panneau Papercast déclenche une voix qui lit les horaires et infos aux malvoyants.

    C’est aussi plus responsable en économisant de l’énergie. « Comme l’E-Ink est bistable — ce qui signifie que l’écran n’a besoin d’énergie que lorsque l’image ou le contenu change — c’est l’écran parfait pour exploiter des cellules photovoltaïques », confirmait le vice-président de E-Ink, le Dr. FY Gan, lors d’une installation au Japon. Si vous trouvez que cela ne va pas assez loin, l’abribus a ajouté un panneau photovoltaïque au-dessus du dispositif pour générer sa propre énergie. Si le bus n’est pas en avance, au moins l’arrêt est en avance sur son temps.

    La France de demain. Après avoir fait leurs débuts à Sydney l’an dernier, ces arrêts solaires et sans écran sont en train d’être installés un peu partout dans les grandes villes du Royaume Uni et aux États-Unis depuis le début de l’année. Plus proche de nous, le réseau STAR de Rennes s’y est mis cet été. La raison : sans écran ni grosse infrastructure de raccordement (les communications passent par le réseau téléphonique, comme un SMS), ces abribus seraient aussi moins coûteux pour les villes.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.