Rencontre avec Wheelskeep, l'inventeur des parkings à vélos surveillés
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Rencontre avec Wheelskeep, l’inventeur des parkings à vélos surveillés
Hilaire Picault |  14.11.2019
Rencontre avec Wheelskeep, l'inventeur des parkings à vélos surveillés

Depuis deux ans, le Lyonnais Mathieu Labey a trouvé la solution qui vaut tous les antivols : des parcs à vélos provisoires surveillés par gardiens. Plus besoin de trimbaler son casque partout, Wheelskeep conserve aussi vos accessoires.

Comment fonctionne Wheelskeep ? Faut-il réserver à l’avance pour garer son vélo ?

À la demande d’une société ou pour un événement, nous installons des arceaux temporaires et des barrières Vauban. Pas besoin pour l’utilisateur  de s’inscrire ni de réserver. À votre arrivée, Wheelskeep fait une photo du véhicule déposé qui est associée à votre numéro de téléphone. À votre retour, nos “keepers” vérifient que vous êtes bien en possession de la ligne correspondante, par SMS, comme pour un paiement CB en 3DSecure. Nous avons aussi une appli générant un code QR qui peut être scanné pour aller plus vite.

Vous faites appel à des « gardiens » humains et non des bornes connectées. Un choix surprenant en 2019…

En effet, cela paraît révolutionnaire, ah ah ! Mais si on regarde bien, aucune technologie – connectée ou non, avec ou sans caméra –, ne fonctionne vraiment lorsqu’il s’agit de sécurité. Sans parler des vols, il y a les dégradations, la négligence sur les parkings… D’ailleurs, l’existence même des flottes en libre-service est due au vol systématique des vélos personnels. Avec des gardiens humains, nous garantissons 100% de sécurité. Les cyclistes se garent sans s’attacher et peuvent laisser leurs accessoires : sacoches, casques, gants…

Côté cycliste, on s’attend à ce que cela soit cher, du coup. Combien coûte le parking ?

Au contraire, le tarif ne dépasse jamais 4 euros la journée. Le premier parking qu’on a fait, c’était la Tour Oxygène à Lyon : 40 places réservées pour un employeur, et pour eux c’était gratuit. Le coût global est supporté par le client, qui peut être une société ou une collectivité dans le cadre d’un événement. Ensuite, le cycliste va payer un coût variable et dégressif, autour d’1,25 euro la première heure puis 1 euro l’heure. Nos keepers ne sont pas embauchés, ils travaillent lorsqu’ils le souhaitent en choisissant leur créneau de travail sur l’application. Surtout, ils permettent d’offrir des services en plus aux usagers, pouvoir dépanner sur place ou faire de petits entretiens : nettoyage, graissage, réglages etc.

En deux ans, vous annoncez 10 000 vélos surveillés partout en France. Pensez-vous pouvoir enrayer les vols de vélos à l’avenir ?

J’ai personnellement fait du vélo dans beaucoup de villes du monde entier, et partout les cyclistes sont paranoïaques. Ils s’attachent à tout ce qu’ils trouvent car il y a trop peu d’arceaux. Transporter deux ou trois cadenas est très fastidieux pour aller acheter le pain et cela dégrade largement l’expérience du vélo qui est liée à la sensation de liberté. Wheelskeep a déjà installé ses parkings lors de la finale du Top 14 à Bordeaux, sur les plages à Anglet, aux Francofolies de la Rochelle et au salon Vivatech à Paris. Et les usagers sont purement ravis.

« Notre but est de devenir la station-service urbaine du vélo et permettre d’ouvrir rapidement des parkings sans grand investissement. »

Le coût d’un parking Wheelskeep est marginal au regard d’un bus, d’un parking voiture ou d’une route. On accueille trottinette, skates, gyropodes, etc… On n’a aucune empreinte au sol et cela booste le commerce et l’activité en ville. Avec l’engouement pour le vélo, il faudra bien développer ce genre de services à l’avenir.

Plus d’infos sur wheelskeep.com.

Parking startup vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire