Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Il récupère un moteur de Ferrari et se construit une F1 dans son garage

    Le délire de l’Australien à qui on doit cette « super car » va plus loin que vous ne l’imaginez : sa Formule 1 est autorisée à rouler sur route.

    En 2012, au Mondial de l’automobile de Paris, un constructeur américain nous présentait une vraie-fausse Formule 1 qui remplissait le cahier des charges pour rouler sur route. La monoplace avait même une plaque d’immatriculation ! La déception pour les fans était que ce modèle ne serait jamais lancé en série. Les spécialistes eux, plus cinglants, montraient du doigt la motorisation, à savoir un minuscule trois cylindres. Mais il ne faut douter de rien, et surtout pas des Australiens : le maker Zac Mihajlovic a relevé le défi pour concevoir une voiture de course adaptée aux routes il y a deux ans, et il touche enfin au but.

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Zac Mihajlovic/Scotty Cox (@zacariasupercars) le

    Il faut dire qu’il ne partait pas de nulle part : Zac avait déjà conçu une réplique de la Batmobile 89 (l’ancienne, celle du film de Tim Burton) avec laquelle il parade encore les week-ends aux alentours de Sydney. « Je me suis demandé, quel est le prochain truc le plus extrême que je puisse construire pour conduire sur routes ? Raconte-il. Personne n’a fait de F1 – ils ont fait la BAC Mono ou l’Ariel Atom, mais c’était des quatre cylindres qui ressemblaient à des concept cars. »

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Zac Mihajlovic (@batmobileaustralia) le

    De 0 à 100 km/h en 3,1 s. Concevoir les pièces d’une formule 1 a demandé un peu de temps et l’aide de son partenaire, Scotty Cox, plus habitués aux choppers d’habitude. Une fois cette partie achevée et l’installation d’une boite 6 vitesses, les deux makers se sont mis en quête d’un moteur qui donne le même sentiment qu’une monoplace de circuit. Ils ont alors déniché celui d’une Berlinetta F12 de 2014, mise à la casse après un accident. Un V12 de 6,3 litres capable de sortir 740 chevaux…

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Zac Mihajlovic/Scotty Cox (@zacariasupercars) le

    Sachant que la voiture, baptisée Zacaria, pèse 700 kg à vide, son inventeur estime pouvoir garder le rapport poids/puissance 1:1 même une fois le réservoir plein et le conducteur au volant.

    Imaginez-vous conduire une voiture avec de plus de 700 cv sous la pédale et une adhérence quasi infinie ?

    « Il y a sûrement un marché pour les gens qui veulent ce que personne d’autre ne possède », lâche Zac qui prévoit de vendre ses Zacaria dès l’année prochaine au tarif d’un million de dollars australiens, soit 631 000 euros environ. Avant de présenter son écurie lors d’un prochain Mondial Paris Motor Show, Mihajlovic a passé une ligne d’arrivée importante : il vient de prouver aux gros constructeurs qu’on pouvait rendre les hypercars compatibles avec les réseaux routiers sans réduire leurs moteurs. Pensez-y quand on vous présentera des prototypes  sur les stands du salon de l’automobile cette année…

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Zac Mihajlovic/Scotty Cox (@zacariasupercars) le

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.