Recharger sa voiture et récupérer un panier de légumes, c'est le pari de Stations-e
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Recharger sa voiture et récupérer un panier de légumes, c’est le pari de Stations-e
Robin Ecoeur |  24/02/2021 10:45
Recharger sa voiture et récupérer un panier de légumes, c'est le pari de Stations-e

Alain Rolland a créé en 2018 Stations-e, une société de bornes de recharge capables d’accueillir d’autres services à côtés : du click & collect, de l’auto-partage ou encore des points de livraisons pour des entreprises locales. Dites-nous, Alain, à quoi vont ressembler les stations de recharge du futur ?

Bonjour Alain, concrètement, c’est quoi Stations-e ?

Alain Rolland : Stations-e, c’est une entreprise qui déploie des stations de recharge pour voitures électriques. Mais la nôtre est multi-services, c’est-à-dire qu’elle a été conçue pour accueillir d’autres fonctions. On compte s’appuyer sur quatre piliers. Le premier, c’est le transport électrique. Le deuxième regroupe tout ce qui touche au digital au sens large. Ensuite, il y a les services de proximité, comme l’auto-partage ou les casiers pour le click & collect par exemple. Enfin, une fois que nous aurons un réseau plus grand, le quatrième pilier sera celui des données, par exemple l’installation de capteurs pour mesurer la qualité de l’air ou des services régaliens comme des équipements de surveillance.

“À terme, l’idée, c’est que les conducteurs rechargent leurs voitures sans vraiment y penser, en allant faire les courses au supermarché ou à la salle de sport, un peu comme on recharge son téléphone portable”.

Quand Steve Jobs a créé son smartphone, au début, il n’y avait pas beaucoup d’applications. Et petit à petit, des startups ont commencé à en développer. Donc le smartphone, c’est l’infrastructure, et les startups viennent se greffer dessus.

J’ai créé la station de cette manière. Il fallait que ma société offre un service, ici la recharge, mais que des startups locales puissent s’y greffer pour en développer d’autres. Nous, on investit dans l’infrastructure : la vraie urgence, c’est le déploiement de bornes de recharge électrique. Et puis à coté, nous avons déjà prévu, techniquement, l’accueil de ces autres services. Les entreprises avec qui on est en contact peuvent déjà réfléchir à comment utiliser notre borne. Et l’idée, c’est d’adapter les futurs services à l’emplacement de la station.

C’est-à-dire ?

Il faut que les services soient en adéquation avec le lieu où la borne est installée. Pas sûr qu’un service de collecte de produits frais soit pertinent dans une zone commerciale, par exemple. Nous voulons pouvoir choisir quels services on ajoute aux bornes en fonction des besoins des futurs clients. De l’auto-partage, par exemple, c’est pertinent de l’installer près d’un nœud de transports. Le clic & collect se met là où il y a du trafic et des zones de passage.

À terme, l’idée, c’est que les conducteurs rechargent leurs voitures sans vraiment y penser, en allant faire les courses au supermarché ou à la salle de sport, un peu comme on recharge son téléphone portable. Par exemple, si vous allez deux fois dans une grande surface et une fois à la salle de sport dans la semaine, vous allez recharger 80 kilomètres à chaque fois et pouvoir rouler toute la semaine sans vraiment y réfléchir.

Quels sont les services que l’on pourra retrouver en se rendant à une Station-E ?

On peut imaginer différents scénarios : de l’auto-partage (service de scooters, vélos ou trottinettes électriques par exemple), mais aussi des points de livraisons pour des entreprises locales afin de favoriser le circuit-court. Par exemple, venir récupérer un panier de légumes d’un agriculteur local, un colis, etc. On peut aussi imaginer un four à pizza ou de l’affichage d’informations pour les collectivités.

Il y a aussi des choses moins importantes pour le grand public : le partage de capteurs pour les villes intelligentes afin de mesurer la pollution, les particules ou les températures. Nos bornes sont déjà conçues pour accueillir des équipements (casiers, capteurs, etc.) et nous nous occupons aussi du raccordement énergie et télécom. En fait, nous fournissons l’infrastructure, ce qui manque aux startups, et nous prenons une petite commission sur chaque service déployé sur la borne.

Est-ce que les premières stations sont déjà multi-services ?

Pas encore, mais elles le seront dans les prochains mois. Il faut avoir un réseau de stations déjà installées pour mettre en place de nouveaux services et travailler avec des partenaires. Nous avons commencé à industrialiser le processus en fin d’année 2020. On mise sur notre modèle économique puisqu’il offre une solution crédible pour déployer de nombreuses bornes en France. En 2021, nous prévoyons le déploiement de 200 stations, et 1200 en 2022. L’objectif est d’arriver à 10 000 bornes en 2026.

Plus d’informations sur le site de Stations-e ici.

borne recharge Mobilité électrique stations-e

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !