Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Pour reboiser la Thaïlande, ils bombardent le pays avec des graines

    Au cours d’un simple vol, un avion disperse plus de 100 000 graines. Une utilisation écoresponsable qui va permettre de sauver les forêts en danger.

    Comme un Canadair. La Thaïlande et ses 164 000 km² de forêts est un joyau de biodiversité abritant 10% de la faune animale au monde. Pourtant, depuis plusieurs dizaines de décennies, elle connaît une déforestation due à la culture des palmiers à huile et de l’hévéa. En conséquence, le gouvernement a réagi grâce à une technique simple, efficace et peu coûteuse : le bombardement de semences. Le premier pilonnage s’est déroulé en 2013 dans la région de Phitsanulok, au nord du pays, sur plus de 800 hectares de forêts. 

    Faites des boulettes, pas la guerre. Les graines larguées ont été sélectionnées avec soin et sont issues de plantes locales pour leur résistance au milieu naturel. Afin de pouvoir grandir à la minute où elles touchent le sol, elles sont mélangées à de l’argile et du compost sous forme de boulettes pour favoriser l’enracinement rapide. Cette méthode est celle d’un fermier japonais, Masanobu Fukuoka, dont l’approche consiste à n’utiliser ni pesticide ni labour. 

    Grande zone d’impact. Avec cette technique, il deviendra plus facile de replanter un grand nombre d’arbres sur des forêts dont l’accès est difficile. Les résultats de l’expérience sont attendus pour la fin de l’année et si 70% des graines ont pris racine ce sera un succès. Si la technique se révèle opérationnelle, l’Australie pourra s’en inspirer afin d’atteindre son objectif de planter 1 milliard d’arbres d’ici 2050.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.