Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    La RATP lance un bus autonome qui se gare tout seul (et ne fait jamais grève)

    La régie parisienne teste des bus autonomes qui se garent seuls et se mettent en service plus rapidement. À terme, ils pourraient bien aider à réguler le trafic.

    La démonstration. 30 mars 2018. Centre bus RATP de Lagny, dans le 20e arrondissement de Paris. Un chauffeur de bus rentre au bercail. Soudain, en plein virage, il lâche le volant et croise les bras. Sur le tableau de bord, l’indication « mode autonome » clignote frénétiquement.

    Hop, ni une ni deux, le bus se gare, tout seul, à la place qui lui était réservée, après s’être promené dans les allées du parking à une allure de 8 km/h. Et le créneau est précis au millimètre près, s’il vous plaît.

    Un bus intelligent. Cette première mondiale est le fruit d’une collaboration entre la RATP, le CEA et Iveco bus. Si le véhicule a réussi ce tour de maître, c’est grâce à ses quatre caméras, ses détecteurs de mouvements et son laser de type LIDAR qui sert à réaliser des cartographies 3D d’une surface. Combinés, ces outils lui donnent « conscience » de son environnement, qu’il compare au plan original des lieux pour se repérer. Si un obstacle quelconque se trouve sur son chemin, le bus le saura et l’évitera.

    Le but premier est d’optimiser l’espace dans les dépôts qui accueillent 200 autobus. Mais prochainement, ils pourraient bien aider à désengorger le trafic. Car quand certains chauffeurs commencent leur service, d’autres l’achèvent. Si bien qu’« à certaines heures, le trafic à l’intérieur du dépôt frise la congestion », confie au Monde Clément Lucchesi, chef de projet à la RATP. Autant dire que des véhicules de 12 mètres de long qui forment un embouteillage dans un parking, c’est pas joli-joli.

    Finis les retards à l’allumage. Avec ce système de parcage autonome, les retards des bus liés à un démarrage compliqué devraient se raréfier, et cela pourrait tout changer : le premier bus de la journée, censé arriver dans 5 minutes selon l’écran posté dans l’abribus, arrivera réellement à temps. Du coup, celui d’après aussi. Rebelote pour le suivant, et cetera. Adieu l’effet boule de neige et bonjour la ponctualité. Une fois cette solution démocratisée, il va falloir vous trouver un nouveau bouc émissaire. Car le bus, lui, sera tiré d’affaire.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.