Qu'est-ce que le "Flygskam", cette honte de polluer quand on prend l'avion ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Qu’est-ce que le “Flygskam”, cette honte de polluer quand on prend l’avion ?
Hilaire Picault |  10.04.2019
Qu'est-ce que le "Flygskam", cette honte de polluer quand on prend l'avion ?

L’avion émet 40 fois plus de CO2 que le train. En Suède, ce constat divise complètement le pays. Mais désormais, ce cas de conscience a un nom : le "Flygskam".

La honte. La pollution aérienne, c’est comme la scène du pique-nique dans Les bronzés font du ski avec leurs déchets partout. Ou ce copain qui jette sa cigarette par la fenêtre sur l’autoroute. Pendant des années, tout le monde trouvait ça normal. Aujourd’hui, cela paraît inacceptable.

Un dégoût légitime : on estime que 2% des émissions carbones mondiales découlent du transport aérien. Sur un trajet de 500 km, un avion de ligne rejette entre 145 et 241 kg de CO2 par passager. Avec en prime de l’oxyde d’azote, du monoxyde de carbone, du dioxyde de soufre et des multiples particules fines qui restent dans l’air. En Suède, ce ras-le-bol est arrivé au stade où prendre l’avion est devenu une honte.

Phénomène de société. En suédois, on appelle cette honte de prendre l’avion le « Flygskam ». Pourtant, la situation géographique du pays – très isolée au nord de l’Europe – ne laisse pas beaucoup de choix aux Suédois qui prennent cinq fois plus l’avion que nous. Mais la pression sociale s’est violemment accrue cette année. Conséquence du militantisme de Greta Thunberg, des marches pour le climat, du rapport alarmant des experts du GIEC…

Image associée

Résultat, Le Monde rapporte qu’une salle de concert à Helsingborg ne reçoit plus d’artistes voyageant en avion. Les Suédois se mettent plutôt à reprendre le train. Le pays envisage de rajouter des liaisons de nuit. Bien sûr, certaines destinations deviennent inaccessibles mais on peut se regarder dans le miroir en rentrant de congés. Au point que montrer des photos de bout du monde semble un peu sale lorsque l’on peut se vanter d’être parti moins loin en vacances, mais en train. Un nouveau phénomène fleurit alors ce printemps :  le “TrainBrag”, la fierté de voyager en train.

Aviation Pollution de l'air suede train

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire