Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Ce que nous Jon Snow nous a appris sur le bien-être

    Alors que « Game of Thrones » est une série réputée pour tuer tous ses héros, il y a forcément tout à apprendre d’un personnage qui a traversé sept saisons. On a compilé ça pour vous. Attention : spoilers !

    Game of Thrones fascine parce que c’est une grande école de la vie. Rappelez-vous Ned Stark, Robb Stark, Stannis Baratheon, Oberyn Martell… Autant de personnages flamboyants, starifiées au fur et à mesure des saisons, pourtant sacrifiés sans pitié sur l’autel du spectacle. À bien y réfléchir, pas tant que ça. En analysant de plus près, ces feux follets ont tous en commun d’avoir fini entre quatre planches après une accumulation de mauvais choix. Obstination à ne pas écouter leur entourage, mauvaises influences, excès de confiance ou vantardise font partie des motifs récurrents qui ont conduit à leur perte.

    À l’inverse, Jon Snow traverse depuis sept ans les saisons et les pièges tendus par l’auteur George Martin et les deux showrunners de la série. Voici donc quelques enseignements qu’on pourrait peut-être appliquer à nos vies pour mieux s’en sortir au quotidien.

    1. Ne pas se laisser influencer par les mauvaises langues 

    Pas facile d’avoir confiance en soi lorsqu’on est entouré de collègues moyennement bien intentionnés ou de haters sur Internet. Mais imaginez un peu Jon Snow : officiellement le fils d’un roi et d’une prostituée, le pauvre garçon est considéré comme un bâtard par tout le monde. Résultat, dans les premières saisons, alors qu’il n’a pas encore atteint son statut de caïd, il ne se passe pas cinq minutes sans qu’un mec se foute de sa gueule ou l’insulte. C’est finalement Tyrion Lannister, dans la première saison, qui lui file le conseil qu’on devrait tous avoir en tête dans les moments difficiles : « Accepte ton statut de bâtard et fais-en une armure pour que les piques à propos de ton statut ne t’atteignent plus. »

    2. Ne pas être têtu et savoir revenir sur des décisions irrévocables

    Dans la première saison, Jon Snow fait un choix un peu radical. Il s’engage au sein de la pas-très-sexy Garde de Nuit, l’équivalent de la Légion Étrangère au royaume des Sept Couronnes. Leur mission, protéger Le Mur. Avec l’enrôlement vient un lot de vœux irrévocables, parmi lesquels, servir la Garde jusqu’à la mort, ne pas prendre de femme, de ne pas faire d’enfant et ne pas avoir de possessions matérielles.

    Évidemment Jon Snow ne tient pas deux saisons avant d’envoyer paître toutes ses bonnes résolutions : dans la saison 3, en faisant preuve d’un peu d’ouverture d’esprit, il laisse assez de place dans son cœur pour tomber amoureux d’Ygrid, une magnifique sauvageonne qui vit de l’autre du côté mur et incarne supposément l’ennemi. Jon et Ygrid, tel un Israélien et une Palestinienne, font fi de toute divergence politique. Le destin finira par s’en mêler, mais Ygrid restera à jamais le premier amour de sa vie, la femme qui l’a dépucelé, bref, vous voyez l’idyllique tableau qu’il aurait été dommage de rater.

    3. Savoir dépasser les vieilles rancœurs (et être éloquent)

    C’est une de nos grandes erreurs dans la vie. On est fier. On est rancunier. On en veut à Jean-Claude pour une connerie d’il y a dix ans, on ne parle plus à sa sœur pour une embrouille de famille débile… Résultat, ça nous ronge toujours un peu et on se met à le regretter quand c’est trop tard. Dans Game of Thrones, c’est un peu pareil, si ce n’est que les enjeux sont un peu plus importants et que les rancœurs s’étalent sur des siècles. Mais au bout d’un moment, il s’agit quand même de sauver le monde d’une invasion de zombies.

    Du coup, dans la saison 5, Jon Snow réalise l’impensable. Alors que les sauvageons et les habitants qui vivent au sud du Mur se massacrent depuis des siècles, notre ami – en mode médiateur de l’ONU – convainc 5 0000 sauvageons (dont il a précédemment tué le chef) de se joindre à lui et de venir se réfugier de son côté du Mur pour se préparer à la grande guerre contre les dangereux Marcheurs Blancs. Évidemment, sa décision est ensuite accueillie hyper froidement par les siens, mais Jon tient tête, en coupe certaines et finit par faire l’unanimité.

    4. Savoir faire confiance aux autres et jouer la carte de l’honnêteté

    Dans la saison 7, Jon se retrouve dans un sacré pétrin. Il est désormais le roi du Nord, il fait enfin à peu près l’unanimité autour de lui, mais relou, il doit maintenant convaincre le reste de l’humanité que cette histoire de zombies n’est pas un délire des campagnards du Nord qui auraient un peu trop tapé dans la poudreuse. Du coup, pour convaincre Daenerys Targaryen de la menace que représentent les Marcheurs Blancs, il prend le risque d’aller rendre visite à la reine blonde, contre l’avis de tout le monde autour de lui, s’exposant à finir prisonnier ou rôti par un dragon. Pourtant, à force de négociations, d’œillades appuyées et de respect aussi (contrairement à pas mal de mecs dans la série, Jon a le mérite de ne pas être sexiste), Dany finit par le croire et accepte de lui prêter main forte dans cette lutte pour le bien de l’humanité. La transparence, en entreprise, ça paie.

    De manière générale, alors que la majorité des personnages passent leur temps à intriguer, Jon Snow, lui, joue la carte de l’honnêteté et balance ce qu’il a derrière la tête. Et ça lui réussit plutôt bien jusque-là. Mais il reste encore une saison…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.