En province, les Français réclament des bus-tram
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En province, les Français réclament des bus-tram
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  26.02.2019
En province, les Français réclament des bus-tram

2019 est l’année du bus, ou plutôt des « bus à haut niveau de service ». Ce système, qui ressemble à un tramway et qui consiste à faire rouler les autobus sur un site dédié, assure régularité et économies de fonctionnement. Un an avant les élections municipales, plusieurs nouvelles lignes vont être inaugurées un peu partout en France.

Depuis dix ans, les « BHNS », comme on les appelle, ont fait un bond dans le paysage des transports publics français. 31 lignes ou prolongements de lignes ont ainsi été ajoutés à ceux déjà existants, dans 23 agglomérations. En 2014, une cinquantaine de projets (à Nîmes, Chambéry, Toulouse, Nantes, Lens-Béthune, Sophia Antipolis, Lille, Perpignan…) a été retenue par le ministère de l’Écologie, contre quinze projets de tramway. Sa capacité de transport, 2000 à l’heure au maximum (contre 5000 en tramway), explique sa concentration dans les villes de taille moyenne.

22 km/h de moyenne, contre 17 km/h pour un bus.

Les clefs du succès. Le BHNS doit son succès à plusieurs facteurs. D’abord, sa vitesse : 22 km/h de moyenne, contre 17 km/h pour un bus. L’observatoire de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP) a aussi estimé une économie de 250 000 euros sur le fonctionnement, soit le prix d’un achat d’un bus habituel. Avec un design semblable à un tramway – forme allongée, roues masquées sous la carrosserie, peint aux couleurs de la ville -, il a aussi en commun de proposer des parkings relais en début et fin de trajet. Idéal lorsqu’on vit à la campagne et qu’on travaille en ville.

Résultat de recherche d'images pour ""bus-tram""

Côté voyageur, les trajets sont beaucoup plus reposants qu’avec nos traditionnels bus de ville. Plus de montée par la porte avant et les bousculades pour valider sa carte de transport, avec le BHNS on entre par toutes les entrées. Chauffage, climatisation et éclairage sont mieux répartis. Le plancher est même au niveau du quai à chaque arrêt, facilitant l’accès aux poussettes et personnes à mobilité réduite. Dans sa voie dédiée, à l’écart des embouteillages et des pistes cyclables, le bus à haut niveau de service a même la priorité : les feux passent au vert lorsqu’il s’approche d’un carrefour.

Interrogé par Le Monde, Marc Perez, du cabinet de conseil en mobilité TTK, installé à Karlsruhe (Allemagne) et à Lyon, souligne que « le BHNS est le métro des villes moyennes. En Europe, c’est une spécificité française. » Mis en service dès 1993 avec le Trans-Val-de-Marne, le BHNS fait aujourd’hui le bonheur des collectivités… et de leurs usagers.

Bus-Tram

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire