Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Pourquoi ces poètes parisiens se reconvertissent-ils en agriculteurs ?

    À Saint-Denis, en périphérie de Paris, une ferme résiste au béton et vient de trouver des repreneurs originaux : les membres du Parti Poétique et la ferme de Gally. Leur pari dingue : diffuser l’agriculture et nourrir les riverains en défendant biodiversité et patrimoine culinaire.

    De l’herbe en barre. Tout au bout de la ligne 13 du métro parisien, au nord de la capitale, la ferme de la famille Kersanté se transmettait de génération en génération depuis le 19e siècle. Aujourd’hui, les quatre hectares sont entourés de barres d’immeubles et, ironie du sort, d’un McDo, juste en face. Mais voilà, après René Kersanté, 76 ans, plus personne pour reprendre son exploitation. Alors, la Ville de Saint-Denis, propriétaire du terrain, a lancé un appel à projet pour trouver ses repreneurs. Et c’est le Parti Poétique et la Ferme de Gally qui ont remporté la mise.

    Nature, Culture, Nourriture. D’un côté, la Ferme du Gally a mis en place une ferme pédagogique sur 2,5 hectares. Sur l’hectare restant, le Parti Poétique a une vision sur le long terme pour faire interagir agriculteurs, artistes, chercheurs, cuisiniers et habitants autour d’une ligne directrice : « Nature, culture, nourriture ». Les salades de René ont donc été remplacées par une multitude de nouvelles plantations : plantes aromatiques, légumes racines, légumes-feuilles, etc.

    « On teste les capacités des sols, précise Olivier Darné, fondateur du Parti Poétique et à la tête du projet. Avant c’était de la monoculture, ce qui signifie des conséquences environnementales. Finalement, on se rapproche maintenat du modèle de maraîchage de ses parents avec une transition vers le biologique. »

    La nourriture est peut-être un bon moyen pour rassembler les Franciliens.

    Retour aux sources. À terme, une académie de cuisine aura pour mission de faire l’inventaire de la biodiversité culturelle de Saint-Denis. « Il y a 135 nationalités différentes ici. Ce sont des gens qui ont voyagé, qui ont quitté leurs pays, mais leurs légumes sont restés là-bas. » En partenariat avec des chercheurs du CNRS ils vont recueillir des recettes pour alimenter cet inventaire et faire revivre ce patrimoine culinaire. En attendant, la production du maraîchage, dont trois personnes s’occupent, est distribuée sous forme de paniers de légumes aux habitants mais aussi à des chefs de restaurants parisiens.

    À la croisée des mondes. Le Parti Poétique a aussi pour ambition de se faire rencontrer les populations qui se croisent à Seint-Denis, mais se confrontent rarement. « Le Stade de France a ramené une nouvelle économie et des milliers de travailleurs qui font les allers-retours chaque jour entre ici et Paris. La nourriture peut être un bon moyen de les rassembler avec, par exemple, des restaurants qui proposent de la nourriture à partir de notre production au lieu de s’alimenter chez Sodexo. »

    Un circuit ultra court pour réinventer l’agriculture urbaine à grande échelle. « Nous n’avons aucune prétention à être des agriculteurs. Le temps du diagnostic est fini, il faut passer à l’action. Dans ce contexte, qui mieux que l’artiste peut être médiateur et déclencher des rendez-vous ? »

    Pour en savoir plus sur cette ferme pas piquée des vers et sur leurs journées portes ouvertes pour la Fête de la Gastronomie les 22, 23 et 24 septembre prochains, allez sur leur page Facebook.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.