Pourquoi le vélo est-il aussi populaire aux Pays-Bas ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pourquoi le vélo est-il aussi populaire aux Pays-Bas ?
Vincent Pons |  20.05.2020
Pourquoi le vélo est-il aussi populaire aux Pays-Bas ?

Le vélo n’est pas devenu l’un des symboles des Pays-Bas par hasard, la « petite reine » fait autant partie de leur histoire que les champs de tulipes, les moulins et… les coffee shops.

Tout le monde le sait, les Hollandais sont fous de cycles. Ils ont construit le plus grand parking à vélos du monde, des vélo-toroutes et même un vélobus scolaire. Mais d’où leur vient une telle passion ? On pourrait penser que la géographie plate du pays aide au développement du moyen de transport mais que nenni ! Le caractère venteux du territoire rend pénible la circulation pour tout cycliste et si cela avait été le cas, la Belgique aurait aussi été championne dans le domaine. Pour comprendre cet essor, il suffit d’ouvrir un manuel d’histoire et d’observer comment le pays a développé ses infrastructures. 

Si le vélo m’était conté. Notre histoire remonte à la deuxième moitié du XIXème siècle lorsque le vélo moderne se développe en Europe. Contrairement à la France qui plébiscite le véhicule pour les courses et la vitesse, les Pays-Bas choisissent un autre chemin : celui du vélo-découverte. En 1883, une association est créée afin de développer son activité : l’Association générale néerlandaise des cyclistes (ANWB). Celle-ci va développer le tourisme à vélo et promouvoir la construction d’infrastructures pour sa pratique jusqu’à la fin des années 1970. 

C’est efficace. Et les premières pistes cyclables sont construites dès la fin du XIXème siècle. La pratique passionne la population jusqu’à la famille royale car la reine Wilhelmine qui règne sur le pays de 1898 à 1948 est connue pour ses déplacements à vélo. La presse française la surnomme même « la petite reine », expression qui connait dès lors un vif succès. 

C’était pas ma guerre. Au début du XXème siècle, la Première Guerre mondiale éclate en Europe. Le pays reste neutre tout en étant soumis au blocus de l’Empire allemand. Privée d’essence, la population range ses voitures dans les garages et la demande de vélos explose. Grâce à cet alignement des astres, l’ANWB obtient la réalisation de nouvelles pistes cyclables. Dans le même temps, suite à l’arrêt des importations, l’industrie locale se développe et l’entreprise Bavaria crée le fameux modèle hollandais. 

En 1920, le développement des infrastructures cyclistes se poursuit. En 1938, le pays compte 2675 km de pistes cyclables contre 1200 pour la France. Mais l’embellie cycliste s’arrête brutalement après la Seconde Guerre mondiale avec le développement de l’industrie automobile et la pratique de la bicyclette est divisée par 2,7 entre 1950 et 1978. 

Le retour du cycliste. Face à l’envahissement de l’auto dans les villes et du bruit provoqué, la population se réveille. Une association propose même à Amsterdam de supprimer la circulation automobile et de fournir à tous des bicyclettes publiques, soit les Vélib’ avant l’heure. L’initiative est cependant vite abandonnée. 

L’année 1973 marque un tournant car la crise énergétique éclate dans le monde. Les autorités relancent le développement des aménagements cyclables et une nouvelle association, l’ENWB, met en place les premiers « contre-sens » cyclables sur les routes à la fin des années 1970. Le 4 juin 1977, soit 18 ans après la naissance d’Anne Hidalgo, une idée choc est proposée durant une manifestation de 9000 cyclistes à Amsterdam : l’obligation de garer les autos en périphérie de la ville. Une idée que l’on retrouve encore maintenant dans les débats politiques.

De nos jours. En 1990, les politiques, à l’écoute des revendications des associations, lancent le premier plan national vélo. Avec un objectif de développement des aménagements cyclables, ils tracent une feuille de route pour que les Hollandais roulent sans risque sur les pistes. La réussite est telle qu’un deuxième plan suit : en 2009, le gouvernement investit 25 millions d’euros pour la construction de pistes cyclables rapides. 

C’est grâce à d’audacieuses politiques d’aménagements publics que la pratique du vélo a augmenté de 35% entre 1978 et 2005. Les pistes sont là, l’envie aussi et cette histoire montre bien que le développement du vélo passe obligatoirement par la mise en place de pistes dédiées, quoi qu’en disent les automobilistes ! 

Histoire Pays Bas vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !