Pour stopper les embouteillages, la Belgique ne construira plus d'autoroute
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour stopper les embouteillages, la Belgique ne construira plus d’autoroute
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  04.10.2019
Pour stopper les embouteillages, la Belgique ne construira plus d'autoroute

L’argent économisé servira aussi à mieux entretenir le réseau et soutenir les mobilités douces.

Sortez dès que possible. Terminer les chantiers en cours, rénover les autoroutes existantes puis couper le robinet et annuler tout nouveau projet. Voilà qui résume la stratégie de Philippe Henry, nouveau ministre des Transports du gouvernement wallon. Concrètement, ce sont pas moins de six projets de tronçons d’autoroute qui viennent d’être annulés. Interrogé par RTL, l’élu Ecolo a précisé que « sauf exception, il n’y aura plus d’extension du réseau ».

Plus de routes = plus de voitures. Une surprise pour les Wallons tant la région souffre de congestions. Selon la Fédération des entreprises de Belgique, dans les principales villes que sont Charleroi, Mons, Namur et Liège, les automobilistes perdent entre 54 et 97 heures chaque année à l’arrêt. Un chiffre qui a encore augmenté de 10% en 2018 par rapport à 2017. Les Belges n’auraient-ils alors pas besoin de plus d’infrastructures ? Non.

Selon la « loi fondamentale de l’embouteillage » de Turner & Duranton, on sait qu’augmenter les routes ne fait qu’inciter à prendre sa voiture donc ajouter des conducteurs dans les bouchons. À la place, le ministre veut donc développer le « transfert modal, en ayant plus de bus, des bus plus rapides ». Il n’oublie pas non plus les deux-roues et envisage d’investir dans « des pistes cyclables en meilleur état et en plus grande quantité, car là on est très en retard », dit-il.

(c) AVPRESS / La Libre

52 millions d’euros gagnés. Cette décision n’est pas un coup de sang. Appelé à la rescousse par le gouvernement wallon, Philippe Henry a rejoint en septembre le ministère du Climat, des Infrastructures, de l’Énergie et de la Mobilité pour la troisième fois de sa carrière. À peine arrivé, il lance donc ce gel des infrastructures, hors entretien, qui devrait offrir au gouvernement wallon des économies atteignant 52 millions d’euros. Au total, Philippe Henry a annoncé que 2 milliards d’euros serviront spécialement à développer les transports en commun en Wallonie, mais aussi les accès piétonniers et d’autres alternatives à la voiture d’ici 2026.

Autoroute Belgique Trafic urbain

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire