Pour stopper la déforestation il se lance dans un marathon de 800 km en marche arrière
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour stopper la déforestation il se lance dans un marathon de 800 km en marche arrière
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  29.07.2019
Pour stopper la déforestation il se lance dans un marathon de 800 km en marche arrière

« Cours Forrest, cours ! » La réplique culte est issue de l’un des plus beaux films de Tom Hanks, mais c’est aussi devenu depuis peu la devise de Medi Bastoni, un Indonésien souhaitant sensibiliser l’opinion publique sur la déforestation en cours dans son pays. Et comme Forrest Gump, il a décidé de tout faire à l’envers…

Le Brésil, surnommé le poumon de la Terre, ne va pas bien. Depuis l’élection du très polémique Jair Bolsonaro, la déforestation de l’Amazonie a augmenté de 39% (en à peine 6 mois). C’est évidemment le pire des exemples d’une lutte acharnée de l’Homme contre son environnement, mais ce n’est hélas pas le seul. En Indonésie aussi, les populations et la faune sont victimes de déforestation ; cette fois due à la production d’huile de palme. C’est pourquoi, plutôt que de faire comme tout le monde en défilant (à l’endroit) dans la rue, Medi Bastoni a décidé de courir en arrière pendant 800 kilomètres. C’est l’équivalent d’un Paris-Marseille. Sans train, ni climatisation, et avec une seule paire de baskets.

Si Medi en est arrivé à une telle extrémité, c’est parce qu’il estime qu’aux grands maux les grands remèdes, et que le temps des pétitions en ligne est fini. Courir en arrière pour remonter le temps, tel semble être son crédo puisque son marathon à l’envers symbolise le chemin à faire pour retrouver une planète normale, depuis souillée par la main de l’Homme. Tout cela peut sembler futile et absurde, mais certainement pas plus que de salir et polluer jusqu’à tuer la Terre qui, elle, n’avait rien demandé.

Pour arriver au bout de son challenge, l’Indonésien de 43 ans a prévu de parcourir en moyenne 30 kilomètres par jour, de son village (Dono, à l’est de Java) jusqu’au palais de Jakarta, où il espère arriver avant le 17 août, date de la fête de l’indépendance de pays. Si tout se passe bien, et si Medi ne s’est pas pris un poteau dans le dos d’ici là, il souhaite rencontrer le président pour lui demander une graine symbolique qui serait plantée sur le mont Wilis, situé non loin de chez lui.

À la manière d’Antoine de Maximy dans l’émission J’irai dormir chez vous, notre joggeur fou a prévu de dormir dans les mosquées et postes de police situés au bord de la route. Et si vous vous demandez comment Medi fait pour courir en arrière, c’est simple : grâce à un petit rétroviseur situé au niveau de ses yeux. Courir ou mourir, il faut choisir. Espérons que comme Forrest Gump dans la scène mythique du film de Robert Zemeckis, lui aussi trouvera des adeptes pour le rejoindre sur sa route.

Course Deforestation Indonésie

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire