Pour le fondateur de Google, le futur c’est... le dirigeable à hydrogène
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour le fondateur de Google, le futur c’est… le dirigeable à hydrogène
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  05/03/2021 10:42
Pour le fondateur de Google, le futur c’est... le dirigeable à hydrogène

Bien sûr, la mobilité électrique et les piles à hydrogène ont le vent en poupe. Mais Sergey Brin a-t-il déjà entendu parler du Hindenburg ?

Quoique discrète, la société LTA Research (pour Lighter Than Air, « plus léger que l’air ») détenue par l’un des deux fondateurs de Google, Sergey Brin, est connue pour développer un aérostat top moderne et extra-large depuis 2015. On parle ici d’un monstre doté d’une douzaine de moteurs électriques et long de 200 mètres, ce qui est proprement inédit. Un prototype a même réalisé un vol test, en partenariat avec la NASA, l’an dernier.

Une pile qui dure vraiment plus longtemps. Si ces dirigeables reviennent effectivement à la mode depuis plusieurs années, pour un tourisme de luxe et pour le transport écologique, l’objectif de LTA serait d’amener des vivres dans les régions frappées par des catastrophes et en ramener les victimes. Un beau projet. Mais pour garder en l’air un tel engin, il va falloir booster un peu sa propulsion.

Le plus gros dirigeable jamais créé voudrait voler 6 fois plus loin que le meilleur avion électrique actuel… Challenge accepted ?

C’est pourquoi sa société a ouvert le recrutement pour un gros cerveau capable de concevoir un tout nouveau type de pile à combustible qui alimente le moteur de son mastodonte du ciel. La pile à hydrogène de LTA devra être capable de sortir 1,5 MW de puissance. Rien de moins. Comme le rappelle Techcrunch, aujourd’hui, la plus grosse pile créée atteint 250 kW, sur l’aéronef de ZeroAvia. Leur ZA-600 peut parcourir 800 kilomètres sans pause. En combinant oxygène et hydrogène, Sergey Brin voudrait pouvoir voler 6 fois plus longtemps.

Un marché en plein boum. En visant ce marché, Brin se montre plus malin que son ancien confrère de Google, Larry Page – qui s’est lancé il y a 10 ans dans les voitures volantes et dont on ne voit toujours pas le moindre aileron… Mais il semble passer à côté d’une information : qui dit très grosse pile à hydrogène, dit énormes réserves de ce carburant. D’abord, cela va considérablement alourdir l’appareil et compliquer sa navigation, problème qu’il n’aurait pas en comptant sur l’énergie solaire par exemple. Mais surtout, la dernière fois qu’on a fait voler un dirigeable avec de l’hydrogène au lieu de l’hélium, cela s’est très mal fini à part pour les livres d’histoire : les 35 morts du Hindenburg sont la raison même pour laquelle on avait abandonné les dirigeables. Hey, Sergey, si tu as besoin d’infos, Google it.

Dirigeable Hydrogene pile à combustible

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !