Pour la première fois en 50 ans, l'utilisation de la voiture recule en Île-de-France
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour la première fois en 50 ans, l’utilisation de la voiture recule en Île-de-France
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  17.11.2019
Pour la première fois en 50 ans, l'utilisation de la voiture recule en Île-de-France

En région parisienne, 700 000 trajets quotidiens ne se font plus en voiture. Par rapport aux chiffres de 2010, c'est une bonne nouvelle pour la planète. Moins bonne si vous aimez votre RER moins blindé…

« C’est un vrai renversement », commente Valérie Pécresse à la publication de l’Enquête Globale Transport qui rend compte des habitudes des Français. Pour la première fois depuis 50 ans, il apparaît que les Franciliens délaissent leur voiture pour 4,7% de leur trajets, soit 700 000 déplacements sans volant. Consécutivement, les trajets en transports en commun connaissent, depuis 2001, une croissance de 13%. Un triomphe, selon la présidente de la région, de sa politique de mobilité.

Tous nomades. Et il est vrai qu’elle est clairement en hausse : l’enquête, menée par Île-de-France Mobilités, comptabilise 43 millions de déplacements quotidiens dans la région, ce qui est 5% de plus qu’en 2010. Dans le détail, un Francilien réalise en moyenne 3,8 déplacements journaliers, parcourt 18 kilomètres et passe 1h30 dans les transports.

Une moyenne qui augmente à Paris (4,3 déplacements/jour) mais sur une distance plus réduite – seulement 12 kilomètres journaliers cumulés. Notons aussi que, contrairement aux apparences, la capitale n’est pas un passage obligé : seulement 10% des trajets relient la banlieue à Paris. Ce qui facilite le recours aux transports en commun (1 million de trajets par jour) et alternatifs.

La voiture reste au parking et le Francilien monte dans le RER…

Qui ne marche pas n’est pas Francilien. Contraints par les vignettes Crit’Air, dégoûtés par les bouchons, lassés de chercher où stationner, l’Île-de-France laisse la voiture au parking. Mais pas seulement au profit des bus et transports ferrés. Près de 380 000 déplacements sont chaque jour effectués en mobilité douce : le vélo progresse de 29% et la trottinette seule recueille 130 000 trajets. Sans parler des 17 millions de déplacements piétons journaliers.

Mais la réduction du nombre de conducteurs parisiens cache une bonne nouvelle : la fin de l’autosolisme au profit du covoiturage. Si Paris a donné le La en matière de politique anti-voiture, les répercussions se font entendre jusque dans la petite couronne : l’habitude de prendre sa voiture pour aller travailler a fondu de 13% dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. Une tendance qui va s’accentuer avec le durcissement des contraintes et Zones à Faible Émission mais aussi les incitations comme la location de vélos électriques Véligo et les investissements en trains électriques et tickets dématérialisés à la RATP.

Automobilité IDF sans voiture

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire