Pour freiner la voiture, Bruxelles veut supprimer 65 000 places de parking
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour freiner la voiture, Bruxelles veut supprimer 65 000 places de parking
Robin Ecoeur |  10/03/2021 17:53
Pour freiner la voiture, Bruxelles veut supprimer 65 000 places de parking

Un coup dur pour les automobilistes de la ville du Manneken-Pis.

Le prix fort. Comme à Paris, à Bruxelles, les places de parking sont dans le viseur. Pour que les habitants puissent se ré-approprier l’espace public, la région Bruxelles-Capitale s’attaque donc au stationnement dans la rue, comme l’indique le journal L’Echo. Dans un premier temps, le gouvernement bruxellois réfléchit à l’idée de créer, en voirie, des zones grises où le stationnement serait plus cher que dans un parking. Ces zones seraient situées près ou autour d’un parking souterrain par exemple, et se garer dans la rue, alors qu’une solution de stationnement hors-voirie existe à proximité, coûterait dès lors plus cher. Pour réduire le nombre de voitures dans les rues, la région souhaite trouver un terrain d’entente avec les 19 communes pour qu’elles mettent en place ces zones grises. Dans un second temps, la région aimerait supprimer 65 000 places de parking d’ici 2030.

Des chiffres obsolètes. Pour une organisation représentative des automobilistes et usagers d’autres modes de transport individuel, baptisé Touring, le plan du gouvernement ne tient pas la route. Le raisonnement « moins il y aura de places de parking disponibles, moins il y aura de personnes qui se rendront à Bruxelles en voiture, et moins il y aura de Bruxellois qui se déplaceront en voiture » n’est pas le bon. Si l’organisation se dit favorable à une réduction du nombre de voitures en ville, elle précise que les chiffres sur lesquels s’appuie le gouvernement sont datés de 2014 (concernant le nombre d’immatriculations et le nombre de places de parking). « Avec ces chiffres, il est impossible de mener une politique judicieuse. Le nombre de places de parking en surface disponibles a fortement baissé entre 2014 et 2020. Cette suppression de places de stationnement en surface n’a pas été compensée par la création de nouvelles places ailleurs », avance Touring dans un communiqué.

Les villes à l’attaque. Pour la région, sur les 940 000 places disponibles, une sur trois se trouve dans la rue, comme le précise la RTBF. Mais il y aurait des places couvertes non-utilisées (ou sous-utilisées, notamment la nuit) dans les parkings. Ainsi, en facilitant l’accès à celles-ci, la région espère compenser la suppression des places dans la rue.

Ces mesures sont aussi une manière d’inciter les automobilistes à se tourner vers d’autres modes de transport, plus respectueux de l’environnement : bus, vélo, métro, etc. À Paris, l’idée est de supprimer la moitié des 140 000 places de parking en surface, et à Amsterdam, 10 000 emplacements vont sauter d’ici 2025. Mais dans la capitale des Pays-Bas, les vélos ont déjà pris le pouvoir depuis longtemps.

Bruxelles Mobilité professionnelle Mobilité urbaine Parking voiture

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !