Pour contourner le confinement, des conducteurs falsifient leur plaque d’immatriculation
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour contourner le confinement, des conducteurs falsifient leur plaque d’immatriculation
Robin Ecoeur |  11/04/2021 16:42
Pour contourner le confinement, des conducteurs falsifient leur plaque d’immatriculation

Des conducteurs achètent des autocollants aux numéros des départements vers lesquels ils se déplacent afin d’éviter de se faire repérer. Une astuce illégale mais plébiscitée par certains automobilistes.

Tout a commencé avec le week-end de Pâques. Selon France Bleu : « pour passer inaperçus en Bretagne, certains ont choisi d’apposer un autocollant sur leur plaque d’immatriculation. » Un garagiste anonyme interrogé par la radio raconte qu’il a vendu une « bonne trentaine » de ces autocollants pendant le week-end, soit une bonne partie de son stock. Même son de cloche à Saint-Malo où un vendeur d’un centre automobile explique que la demande a augmenté ces deux dernières semaines.

La raison ? L’annonce du troisième confinement national, qui a débuté le samedi 3 avril 2021. Des Français ont alors pris la décision de quitter leur lieu de résidence principale pour se rendre dans d’autres départements, notamment en Bretagne. Pour éviter de se faire repérer et passer inaperçus, la technique de l’autocollant semble avoir été plébiscitée par certains automobilistes.

En mode incognito. Un engouement confirmé par Franck Louvrier, maire de La Baule (44), à BFMTV : « C’est vrai que nous nous sommes retrouvés en rupture de stock jeudi soir de ce petit sticker », avant de poursuivre :« Ça veut dire que les personnes qui ne sont pas d’ici ont tout de suite voulu s’intégrer à La Baule et donc passer pour des Baulois et c’est une très bonne chose ».  Cette volonté de s’intégrer ne serait pas uniquement pour passer inaperçu et ainsi éviter une éventuelle amende. Il s’agirait aussi d’une astuce contre le vandalisme. Durant le premier confinement en mars 2020, Ouest-France rapportait que certaines voitures de « résidents secondaires », et immatriculées hors de Bretagne, avaient été rayées ou s’étaient retrouvées avec les pneus crevés. Mettre un autocollant du département où l’on se confine permettrait d’éviter ces mésaventures.

https://twitter.com/franck_louvrier/status/1378370813670330373

Rester prudent. Par contre, si jamais vous vous faites prendre, sachez que coller un autocollant sur sa plaque d’immatriculation est illégal. France Bleu rappelle que depuis le 16 décembre 2020, vous vous exposez à 135 euros d’amende.

De plus, les Parisiens (par exemple) qui fuient la capitale pour s’installer dans d’autres régions ne propageraient pas plus le virus, comme l’expliquent certains épidémiologistes et infectiologues. Ce n’est pas pour autant que celles et ceux qui débarquent ne doivent plus respecter les règles en vigueur.  « Il faut continuer à être prudent comme ça nous continuerons à pouvoir accueillir des Franciliens, des Nantais ou des Angevins » a avisé le maire de La Baule. Un conseil qui s’applique partout en France.

https://twitter.com/UFCquechoisir/status/1353719729119227904

Bretagne confinement Mobilité urbaine voiture

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !